Accueil » Actualité » Après le discours de Macron, les réactions exaspérées des ONG sur « l’art du vide »

Après le discours de Macron, les réactions exaspérées des ONG sur « l’art du vide »

Après le discours de Macron, les réactions exaspérées des ONG sur "l

POLITIQUE – Ils sont peu nombreux, en dehors de la majorité, à adhérer à son discours. Ce mardi 27 novembre, Emmanuel Macron a fixé le cap de la France pour les années à venir en matière de transition écologique et énergétique. Outre le besoin de rassurer les gilets jaunes qui secouent le pays depuis plus d’une semaine, ce discours devait servir à impulser un nouvel élan, symbolisé par l’installation du « Haut conseil pour le climat. »

Mais en guise d’annonces, le président de la République a ouvert trois mois de consultation sur la transition énergétique et promis la fermeture de 14 réacteurs nucléaires d’ici 2035. Et guère plus. Pas de quoi satisfaire ni l’opposition, ni les gilets jaunes et encore moins les ONG environnementales. Toutes ont fustigé un discours flou, creux voire inquiétant au regard des enjeux qui attendent la planète.

« Ce discours c’est le statu quo sur l’ère du nucléaire et l’art du vide en matière de transition écologique et solidaire », estime par exemple la Présidente de la Fondation pour la Nature et l’Homme Audrey Pulvar, qui ressort avec « plus d’interrogations que de réponses. » Pour Jean-François Julliard, Directeur de Greenpeace France, « Emmanuel Macron est en train de réussir un tour de force: alors que l’urgence climatique s’aggrave, il s’apprête à faire moins pour la transition énergétique et le climat que son prédécesseur, François Hollande. »

Le nucléaire, gros point de discorde

C’est la voie médiane, choisi par Emmanuel Macron en matière de nucléaire qui désespère le plus ces ONG. Sur cette question très épineuse, le président a choisi un compromis entre les voeux du ministre de la Transition écologique François de Rugy – et de son prédécesseur Nicolas Hulot -, qui voulaient six arrêts en plus de Fessenheim d’ici 2028, et Bercy, qui voulait repousser le début des fermetures à 2029, tout comme EDF.

Il a ainsi confirmé que la part du nucléaire serait ramenée à 50% de la production d’électricité à l’horizon 2035, contre un objectif initial de 2025 dans la loi de transition énergétique, déjà abandonné par le gouvernement car jugé impossible à atteindre.

Des renoncements successifs qui agacent les responsables politiques écolo et les ONG environnementales engagées contre la filière nucléaire. « C’est extrêmement décevant car ce faisant, le Président nie la volonté des Français de réduire la part du nucléaire, les difficultés économiques d’EDF et le risque croissant lié à la prolongation des centrales au-delà des 40 ans », cingle par exemple Jean-David Abel, Vice-président de France Nature Environnement, estimant que le gouvernement « se montre incapable de se débarrasser du boulet que le nucléaire représente pour la transition énergétique de la France. »

Même constat amer pour le directeur de Greenpeace France. « Le gouvernement continue d’accorder un soutien aveugle au nucléaire, au mépris des objectifs fixés en matière d’énergies renouvelables. Le gouvernement semble privilégier les lois dictées par les industriels et les lobbys à celles votées à l’Assemblée Nationale », regrette-t-il en faisant référence à l’objectif fixé par la loi de transition énergétique.

« Les citoyens sont saturés des effets d’annonces »

Mais au-delà du nucléaire, c’est un discours vide de sens et un cap particulièrement flou qui est fustigé par les responsables de ces organisations. « Les citoyens sont saturés des effets d’annonces, des fausses solutions, des incohérences et des mesurettes: c’est cela qui nourrit aujourd’hui la colère qui monte », estime Florent Compain, Président des Amis de la Terre.

À quelques jours de l’ouverture de la COP24, ils regrettent que le président de la République n’engage pas davantage de « mesures profondes » et moins « d’ajustements à la marge. »

« Plutôt que d’entériner de fausses solutions, le Gouvernement devrait mettre en œuvre des mesures supplémentaires pour réduire les émissions des principaux secteurs émetteurs de gaz à effet de serre », estime par exemple la directrice du Réseau Action Climat Morgane Créach avant de trancher: « sans ces mesures, ce quinquennat se soldera par un nouvel échec. »





Retrouvez cet article sur : https://www.huffingtonpost.fr/2018/11/27/apres-le-discours-de-macron-les-reactions-accablees-des-ong-sur-lart-du-vide_a_23602191/

A lire aussi:

Voir Aussi

On a rencontré Domenico Lucano, le maire pro-migrants de Riace

INTERNATIONAL – À Riace, Domenico Lucano est affectueusement surnommé « Mimmo ». Mais c’est à Caulonia, un …