Accueil » Santé et Remise en forme » Autisme : une nouvelle théorie sur le fonctionnement du cerveau

Autisme : une nouvelle théorie sur le fonctionnement du cerveau

Autisme : une nouvelle théorie sur le fonctionnement du cerveau

Les troubles du spectre autistique (TSA) sont des troubles du neuro-développement qui s’expriment via des problèmes de communication, une altération des interactions sociales, des anomalies sensorielles et comportementales. Récemment, une étude menée par la Fondation FondaMental, des chercheurs de l’Inserm, NeuroSpin (CEA Paris-Saclay) et les Hôpitaux universitaires Henri Mondor, AP-HP révèle une nouvelle théorie de dysfonctionnement du cerveau qui éclairerait les causes de l’autisme.

Une question de connexions neuronales trop actives ?

Qu’est-ce qui explique l’autisme ? Son origine, sa source et son fonctionnement biologiques sont encore peu compris de la médecine. Mais des travaux menés en génétique et en imagerie cérébrale orientent vers de possibles réponses. Il y aurait des anomalies de développement du cerveau, en particulier au niveau de réseaux neuronaux et du fonctionnement des synapses.

Selon une première théorie, ces anomalies se positionneraient principalement sur les espaces du cerveau responsables du langage, du traitement des émotions ou des compétences sociales. Il y aurait des déficits de connexions "longue distance", et des connexions "courte distance" au contraire très réactives. Ils entendent par "longue distance" : la connexion entre les neurones aux opposés du cerveau, et par "courte distance" des neurones situés dans des zones proches. Résultat de cette théorie ? Le cerveau sature d’informations dans certaines situations, car la connectivité neuronale entre des zones cérébrales adjacentes est trop élevée.

Des connexions neuronales altérées

Mais récemment, des chercheurs ont testé une nouvelle technique chez des adultes atteints d’autisme. Elle permet de voir, via des images IRM, les faisceaux de matière blanche à l’intérieur du cerveau, qui mettent en lumière 63 connexions "courte distance". Et donc, de valider ou non la théorie de l’hyper réactivité des connexions entre les zones du cerveau adjacentes.

Or, ils se sont rendus compte que les patients touchés par l’autisme avaient au contraire une diminution de la connectivité au niveau de 13 faisceaux "courte distance" sur les 63. Contrairement aux sujets non atteints de TSA. Par ailleurs, la cognition sociale est touchée au niveau des interactions et de l’empathie. Si cette découverte ne donne pas de réponse immédiate à l’autisme, elle éclaire sur son fonctionnement chez l’adulte.

Lire aussi :

Autisme : un nouveau traitement à base de MDMA

Le mercure ne serait pas en cause dans l’autisme





Retrouvez cet article sur : https://www.topsante.com/medecine/troubles-neurologiques/troubles-cognitifs/autisme-une-nouvelle-theorie-sur-le-fonctionnement-du-cerveau-629263

A lire aussi:

Voir Aussi

Feux d'artifices, attention danger

Les fêtes de fin d’année approchent et, avec elles, leur lot de traditions. Si la …