Accueil » Santé et Remise en forme » Cancer : la vie 5 ans après le diagnostic

Cancer : la vie 5 ans après le diagnostic

Cancer : la vie 5 ans après le diagnostic

Afin d’étudier l’évolution de l’impact du cancer sur le quotidien des personnes touchées par la maladie, l’Institut national du cancer (Inca) a souhaité prolonger l’enquête publiée en 2014 sur "la vie 2 ans après le cancer". Toujours en collaboration avec l’Inserm, l’Institut du cancer publie donc l’étude "La vie cinq ans après un diagnostic de cancer". Une étude qui démontre que le cancer demeure une épreuve difficile pour les personnes touchées, tant au plan physique que psychologique. Et qu’elle est aussi synonyme de ruptures dans la vie sociale et professionnelle.

Plus de 3 millions de personnes en France vivent aujourd’hui avec un cancer ou en ont guéri. Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis de faire reculer la mortalité mais 5 ans après un diagnostic de cancer, les patients rapportent une grande fatigue, une qualité de vie physique dégradée, un impact négatif sur la vie professionnelle et une diminution des revenus.

Une dégradation au fil du temps

"Baisse du taux d’emploi et hausse du chômage sont les premiers résultats de l’enquête VICAN5 concernant l’évolution de la situation professionnelle. Une hausse de la part d’inactifs en invalidité a également été constatée. Parmi les personnes en emploi au moment du diagnostic du cancer, une sur cinq ne travaille pas 5 ans après" souligne l’Inca. "Ce résultat révèle une détérioration de la situation professionnelle plus importante que celle constatée lors de l’enquête VICAN2".

Plus d’un quart des personnes diagnostiquées en 2010 ont connu une diminution de leurs revenus disponibles 5 ans après le diagnostic. Principale cause : la réduction du nombre d’heures travaillées à cause notamment des séquelles de la maladie et des traitements.

Quel suivi médical après le cancer ?

5 ans après le diagnostic de la maladie, plus d’un patient sur 2 (56,9 %) ont un suivi spécifique en médecine générale. Toutefois, plus d’un tiers (33,1 %) des patients déclare ne pas être suivis et se sentent peu informés sur les symptômes auxquels ils sont susceptibles d’être confrontés.

Ils sont également plus d’un tiers (34,3 %) à ne pas avoir modifié leur pratique d’activité physique. De plus, 53 % des individus déclarent en faire moins ou avoir cessé complètement toute activité alors que l’activité physique joue un rôle essentiel dans la prévention d’un second cancer.

A lire aussi :

Témoignages : la vie après un cancer du sein

Cancer du sein : comment renouer avec la vie quotidienne





Retrouvez cet article sur : https://www.topsante.com/medecine/cancers/cancer/cancer-la-vie-5-ans-apres-le-diagnostic-626536

A lire aussi:

Voir Aussi

« On craint les addictions, mais on vend de l’alcool dans les stations-service » – Santé

Alcoolisme, tabagisme, consommation de drogues et de médicaments, mais aussi dépendance aux jeux vidéo et …