Accueil » Actualité » Ce député LREM veut des petits-déjeuners gratuits dans les écoles des quartiers défavorisés

Ce député LREM veut des petits-déjeuners gratuits dans les écoles des quartiers défavorisés

Ce député LREM veut des petits-déjeuners gratuits dans les écoles des quartiers défavorisés

POLITIQUE – Contrer les inégalités dès le plus jeune âge. Le gouvernement reçoit ce jeudi les conclusions de plusieurs groupes de travail qui se sont penchés depuis plusieurs semaines sur la lutte contre la pauvreté. L’un des axes majeurs est la protection des enfants.

Cela commence dès l’école, où le député LREM Olivier Veran souhaite -comme il l’a annoncé sur RMC- la distribution gratuite de petits déjeuners pour les écoliers des zones d’éducation prioritaire (Rep et Rep+), là où les classes de CP et CE1 sont déjà dédoublées. « Je n’en parlerais pas si le gouvernement n’y était pas ouvert. On peut imaginer ça dès la rentrée prochaine », précise-t-il au 4Suisse. « Il faut éviter les trucs sucrés mais ça peut être un fruit, une tartine avec du lait », ajoute le parlementaire.

Certains de ces élèves arrivent en effet le ventre vide et ne mangent rien jusqu’au repas du midi. Une étude du Crédoc menée en 2015 montrait que cela concernait en moyenne 3,4 enfants par classe au primaire et jusqu’à 5,2 dans les Rep+.

« Quand ils arrivent le ventre vide, vers 10h, il y a de l’anxiété, de l’agitation et des troubles de l’apprentissage », a fait valoir sur RMC le parlementaire, ancien socialiste. Menée auprès d’enseignants, l’étude du Credoc arrivait au même constat. 82% des professeurs évoquaient des enfants plus fatigués, 83% des élèves moins concentrés et attentifs et 61% des écoliers sont moins participatifs.

Olivier Veran assure que sa proposition ne nécessite pas une loi pour être mise en pratique. Il suffit, dit-il, de débloquer un fonds de 10 millions d’euros, soit entre 2000 et 5000 euros par école. « Cela permettrait aussi de développer des circuits courts et d’avoir du bio à l’école », précise le député qui ne verrait pas d’un mauvais oeil que des communes rurales qui ne sont pas en éducation prioritaire bénéficient aussi de ce fond.

Cette somme serait adressée directement à l’école qui se chargerait de l’organisation du petit déjeuner. « Il serait pris pour commencer la journée de classe car il ne faut pas négliger la valeur pédagogique du moment. Certains enseignants qui mettent déjà en place des choses similaires en profitent pour prendre le temps de discuter avec les enfants, de faire de l’éducation à la santé ou à la nutrition », conclut Olivier Veran.

En parallèle, il propose de débloquer 17 millions d’euros supplémentaires pour que les communes qui ne le font pas encore puissent appliquer le tarif social pour la cantine le midi.





Retrouvez cet article sur : https://www.huffingtonpost.fr/2018/03/15/ce-depute-lrem-veut-des-petits-dejeuners-gratuits-dans-les-ecoles-des-quartiers-defavorises_a_23386344/

A lire aussi:

Voir Aussi

Ce format de grève à la SNCF est-il réellement efficace?

TRANSPORTS – C’est déjà le quatrième round. Ces mercredi 18 et jeudi 19 avril marquent …