Accueil » Actualité » «Dans les Grisons, la Mesolcina est aux mains de la criminalité organisée»

«Dans les Grisons, la Mesolcina est aux mains de la criminalité organisée»

Fausto Cattaneo, un ancien commissaire de la police cantonale tessinoise, aujourd’hui à la retraite, continue de pourchasser la corruption et le blanchiment. Après le succès de Comment j’ai infiltré les cartels de la drogue, il travaille à un nouveau livre centré sur le Val Mesolcina, une vallée grisonne voisine de l’Italie.

Le Temps: Après vos années de lutte anti-drogue comme commissaire infiltré dans les cartels internationaux, vous avez fait sensation avec vos récentes révélations sur les sociétés prête-noms, italiennes notamment, dans le Val Mesolcina (GR). Qu’est-ce que la «Mesolcina Connection»?

Fausto Cattaneo: Il y a quelques années, j’étais déjà à la retraite mais je continuais à enquêter sur le blanchiment d’argent lorsque je suis tombé sur une société prête-nom étrangère au capital déclaré de 10 milliards de dollars qui s’était établie dans la Mesolcina, ma région d’origine, dans les Grisons italophones. J’ai voulu en savoir plus. En suivant ses ramifications, j’ai découvert qu’elle était impliquée dans ce qu’on appelle l’affaire Karachi, soit la vente de frégates à l’Arabie saoudite et de sous-marins au Pakistan par le gouvernement français à travers des intermédiaires. J’en avais alors parlé au micro de la radio-télévision tessinoise, pensant susciter des réactions de la part des autorités.

– En vain…

– Oui, la chose en était restée là. Mais en juin dernier, des amis qui vivent dans la Mesolcina m’ont alerté sur la situation désastreuse qui s’était créée dans la vallée, où ils voyaient des sociétés fantômes croître comme des champignons et disparaître tout aussi rapidement au gré de faillites pilotées. J’ai donc repris le fil de ma précédente enquête. Elle a révélé un véritable réseau d’affaires louches qui s’est tissé lentement durant les quatre dernières décennies. Nombre de personnes physiques et morales s’étant retrouvées au centre de scandales financiers de blanchiment d’argent sale opéraient depuis cette vallée!

– Pourquoi le Val Mesolcina en particulier?

La position géographique de la vallée, qui confine à l’Italie et où l’on parle italien, est un atout pour les sociétés de la Péninsule, sans parler de la discrétion tout helvétique. Alors que le Val Mesolcina compte 8200 habitants, l’Office des poursuites et faillites y a émis environ 3600 avis de poursuite en 2015. Une grande partie de ceux-ci n’ont pu être transmis, les adresses des personnes physiques ou morales concernées étant fictives. En 2016, le nombre des avis a grimpé à 4200!

On peut dire que la vallée est tombée aux mains de la criminalité organisée. Les autorités n’ont pas su réagir à temps, la région est hors de contrôle. Des ramifications s’étendent vers les paradis fiscaux. Derrière les sociétés établies se cachent les gestionnaires de multiples sociétés offshore. Un exemple parmi d’autres: j’ai découvert qu’une agence qui est au centre du scandale des Panama Papers est en lien, dans un système de poupées russes, avec plusieurs personnes physiques présentes dans les sociétés du Val Mesolcina.

– Vous travaillez à un nouvel ouvrage. Que pouvez-vous nous en dire?

Cette histoire des sociétés fantômes de la Mesolcina m’a tellement intrigué que j’ai effectivement décidé d’en faire un livre. Il contiendra de la documentation officielle de grand intérêt. J’espère seulement que ce second volume ne suscitera pas le même tollé que le premier, qui m’a valu des dénonciations de la part de deux ex-collègues et de deux procureurs fédéraux, qui ont tout tenté pour démontrer que le contenu de mon livre était mensonger. Le Tribunal pénal fédéral a fini par les débouter et me donner raison sur toute la ligne.





Retrouvez cet article sur : https://www.letemps.ch/suisse/2017/12/26/grisons-mesolcina-aux-mains-criminalite-organisee

A lire aussi:

Voir Aussi

Le sisig, ce plat philippin à base d’oreilles, de joues et de museau de porc pourrait bien devenir un incontournable

TENDANCES – Ramen, sushis, pad thaï, bobun, pho, dhal ou palak paneer. Tous ces noms …