Accueil » Actualité » Gilets jaunes: des radars vandalisés par centaines

Gilets jaunes: des radars vandalisés par centaines

Gilets jaunes: des radars vandalisés par centaines

POLITIQUE – Plus populaire que les blocages, plus douloureuse pour les caisses de l’Etat, la chasse aux radars automatiques s’est imposée comme un des modes d’action les plus en vogue chez les gilets jaunes. D’un bout à l’autre de la France, difficile de tenir le compte du nombre de machines masquées, taguées, enduites de peinture, vandalisées ou tout simplement détruites depuis une dizaine de jours.

Un acte militant anti-taxes revendiqué par de nombreux gilets jaunes sur les réseaux sociaux malgré les peines sévères encourues.

Le site spécialisé radars-auto.com estime ainsi à 600 le nombre de radars fixes et autonomes aujourd’hui hors service. Ce qui représente près de 20% du parc installé. Parmi eux, plus de 130 ont été totalement détruits depuis le 17 novembre, toujours selon le site.

Pour l’heure, le ministère de l’Intérieur n’a pas rendu public ses propres chiffres sur les dégradations constatées. Certaines préfectures et localités témoignent toutefois de l’ampleur du phénomène. Ce mardi, la préfecture de Charente a ainsi indiqué que 42 radars installés sur le département avaient été pris pour cible. Le 23 novembre dernier, cinq radars, fixes et mobiles, étaient incendiés dans le Doubs, venant s’ajouter à la quinzaine de dégradations ciblant ces machines automatiques constatées en une semaine.

Emballage, incendie et blocage physique

Les techniques usitées pour rendre inopérants les radars automatiques varient d’un territoire à l’autre. D’après les compte-rendus des nombreux titres de presse régionale comptabilisant les incidents, la plupart des caissons totalement détruits l’ont été par le feu, souvent à l’aide de pneus enflammés. Certains ont été arrachés de leur socle, voire carrément dépecés.

Moins radicaux, certains gilets jaunes privilégient la technique dite de l’emballage, qui consiste à recouvrir l’intégralité de la machine par un film plastique opaque. Ailleurs, les vitres des caméras sont recouvertes de tracts, de gilets jaunes ou tout simplement de peinture.

Certaines actions ne comportent toutefois aucune dégradation, à l’image de ces gilets jaunes qui se contentent de se tenir debout devant les radars, rendant toute opération de verbalisation impossible.

Populaires aux yeux de certains automobilistes, ces actions sont toutefois sévèrement punies par la loi. Les auteurs risquent d’une amende de 3750 euros, assortie d’une peine de travaux d’intérêt général pour des dégradations simples, et de 30.000 à 75.000 euros en fonction des circonstances pour de plus graves atteintes à un radar. Une peine à laquelle se rajoute les réparations des dommages.





Retrouvez cet article sur : https://www.huffingtonpost.fr/2018/11/27/gilets-jaunes-des-radars-vandalises-par-centaines_a_23602554/

A lire aussi:

Voir Aussi

Pour Noël, les figurines « Star Wars » à offrir aux collectionneurs

CONSO – « Ce ne sont pas des jouets, ce sont des figurines. » Voici le poncif …