Accueil » Actualité » Jacline Mouraud fixe une condition sine qua non à sa rencontre avec Édouard Philippe

Jacline Mouraud fixe une condition sine qua non à sa rencontre avec Édouard Philippe

Jacline Mouraud fixe une condition sine qua non à sa rencontre avec Édouard Philippe

GILETS JAUNES – Elle est inflexible, avant même d’avoir rencontré le premier ministre. Figure des gilets jaunes, Jacline Mouraud a exigé l’annulation de la hausse des taxes sur le carburant, comme « condition préalable à toute discussion », ce dimanche 2 décembre à l’AFP. Une déclaration qui intervient alors qu’au terme d’une réunion de crise à l’Élysée ce dimanche, Emmanuel Macron a demandé à Édouard Philippe de recevoir des représentants des manifestants.

La Bretonne de 51 ans, à l’origine d’une vidéo virale dénonçant « la traque aux automobilistes », a publié dimanche avec huit autres porte-parole des « gilets jaunes libres » un appel dans le JDD proposant une « porte de sortie au gouvernement » et dressant une liste de revendications. Interrogée par l’AFP, elle a confirmé avoir été « contactée par le cabinet du premier ministre » et s’est dite « prête à se rendre à Matignon » à condition toutefois que le gouvernement « revienne sur la hausse des taxes sur les carburants au 1er janvier ».

Pour rappel, la taxe pesant sur les produits énergétiques (TICPE ou taxe carbone) va augmenter tous les ans jusqu’en 2022, conformément aux désirs de l’exécutif. Résultat, le prix du litre de gazole devrait gagner 6 centimes, tandis que l’essence devrait augmenter de 3 centimes dès janvier 2019.

Deux autres délégations de gilets jaunes

« Nous allons nous retrouver avant la réunion pour affiner nos propositions, mais la suite du mouvement sera déterminée par les intentions du gouvernement à l’égard du peuple. C’est eux qui devraient pouvoir désamorcer la situation », a précisé Jacline Mouraud. Dans leur appel publié dimanche, le collectif demande notamment l’ouverture d’états généraux de la fiscalité, d’une conférence sociale nationale, l’adoption du scrutin proportionnel aux législatives, ainsi que l’annulation de l’alourdissement du contrôle technique automobile.

Un premier rendez-vous vendredi d’une délégation de gilets jaunes avec Édouard Philippe avait tourné au fiasco, avec la présence de seulement deux d’entre eux, dont l’un est ressorti presque aussitôt. « Il y a beaucoup de menaces sur les délégués. Les gilets jaunes ont des revendications, mais ne veulent pas avoir de délégué pour les porter, c’est paradoxal », a regretté Jacline Mouraud. Selon elle, deux autres délégations de gilets jaunes sont en cours de constitution. « Les autres délégations devront également être reçues, car il n’y a pas de délégation plus légitime qu’une autre », a-t-elle souligné, ajoutant que sa délégation n’avait par ailleurs « pas vocation à être pérenne ». « Les représentants changeront régulièrement afin que tout le monde puisse être entendu », ajoute-t-elle.

Jacline Mouraud a également indiqué qu’elle « déplorait les violences commises samedi à Paris » mais aussi « le manque de réactivité du gouvernement qui ne nous a pas pris au sérieux ». « Clairement, la France souffre, car les gens ne vont pas par plaisir passer des jours et des nuits dans le froid sur des ronds-points à manger des casse-croûte au pâté, et le gouvernement le découvre aujourd’hui », souligne-t-elle.





Retrouvez cet article sur : https://www.huffingtonpost.fr/2018/12/02/jacline-mouraud-fixe-une-condition-sine-qua-non-a-sa-rencontre-avec-edouard-philippe_a_23606498/

A lire aussi:

Voir Aussi

David Hallyday explique pourquoi il n’arrive pas encore à écouter « Mon pays c’est l’amour »

MÉDIAS Ce jeudi 13 décembre, David Hallyday a présenté son nouvel album intitulé « J’ai quelque …