Accueil » Actualité » Les 3 sujets de grogne qui montent contre Macron

Les 3 sujets de grogne qui montent contre Macron

Les 3 sujets de grogne qui montent contre Macron

POUVOIR D’ACHAT – Ce n’est pas leur genre, mais ils en ont vraiment marre. Ce 15 mars, les retraités battront le pavé pour défendre leur pouvoir d’achat, en même temps que les personnels des maisons de retraite pour réclamer plus de moyens humains.

« Non à la baisse des pensions », « ni privilégiés ni assistés »: derrière ces mots d’ordre, neuf syndicats (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR, LSR et UNRPA) ont invité les retraités à se rassembler partout en France. La hausse de la CSG du 1er janvier, non compensées par des baisses de cotisations comme chez les actifs, leur reste en travers de la gorge.

Il ne faut pas s’attendre à des rues noires de monde, mais ces seniors vont entonner le refrain d’une petite musique qui s’installe, au risque de ne plus sortir de la tête d’Emmanuel Macron: le gouvernement ne fait rien pour le pouvoir d’achat, au contraire.

Voici les trois départs de feu qu’Emmanuel Macron va devoir éteindre rapidement s’il veut poursuivre sereinement son action.

Depuis le 1er janvier, une majorité de seniors est touchée par la hausse de 1,7% de la CSG. Une baisse de pouvoir d’achat assumée par le gouvernement, sous prétexte d’augmenter les revenus du travail des actifs.

« Avec 2000 euros de pension, je perds 34-35 euros par mois, soit plus de 400 euros par an », explique Michel Salingue, ancien instituteur et délégué syndical FGR-FP, coorganisateur des manifs du jour.

« Il y aura du monde », assure-t-il. « Beaucoup plus qu’en septembre », quand des milliers de personnes avaient manifesté contre cette mesure destinée à compenser la suppression des cotisations chômage et maladie du privé.

Pourtant, le gouvernement a épargné les plus petites retraites. Celles inférieures à 1200 euros par mois (1841 pour un couple) ne sont pas concernées par la réforme. Mais « la réalité est un peu plus subtile », souligne Didier Hotte (UCR-FO), tous les revenus du foyer, comme la location d' »une chambre à un étudiant », étant pris en compte.

Cette réforme vient attiser la frustration héritée des précédentes années: gel des pensions, suppression de la demi-part des veuves, etc. Revalorisées de 0,8% en octobre, les retraites ne le seront plus avant janvier 2019 au profit d’une augmentation du minimum vieillesse.

« Nous avons l’impression d’être la cinquième roue de la charrette », déplore Michel Salingue, rappelant que la pension moyenne s’élève à « 1300 euros ».

Avec les suppressions de cotisations sur le salaire des actifs, la suppression progressive de la taxe d’habitation est la deuxième grande mesure du gouvernement pour le pouvoir d’achat.

En l’espace de trois ans, il doit en dispenser près de 80 % des foyers (-30% en 2018, -65% en 2019 et -100% en 2020). Ce dégrèvement sera réservé aux contribuables dont le revenu fiscal de référence ne dépasse pas 27.000 euros pour un célibataire et 43.000 euros pour un couple sans enfant.

Et, le gouvernement l’a promis dès janvier, la taxe d’habitation ne sera pas remplacée par un autre impôt. Une communication bien huilée, à ceci près que l’État ne peut rien contre les décisions fiscales des collectivités locales.

Or avec la suppression de la taxe d’habitation, elles perdent la main sur une ressource majeure. L’État s’est engagé à la compenser à l’euro près, mais la tentation semble forte de pousser d’autres taxes pour se garantir des marges de manœuvres financières, hors de portée des décisions de l’État.

Ainsi, Christian Estrosi a annoncé en mars une nouvelle taxe foncière sur les propriétaires de la métropole Nice Côte d’Azur. Pour l’Union nationale de propriété immobilière (UNPI), c’est la preuve que la compensation a commencé au niveau local.

À Bordeaux ou Nantes, c’est la création des surtaxes sur les résidences secondaires qui alimente cette thèse, même si la raison officielle est la lutte contre les locations de type Airbnb.

Un vrai défi pour Emmanuel Macron. Décentralisées, ces hausses d’impôts sont impossibles à appréhender dans leur totalité, et donc à réfuter rationnellement.

Du 20 juillet au 21 décembre dernier, les États généraux de l’alimentation ont réuni producteurs, industriels, distributeurs et pouvoirs publics notamment pour trouver une solution à la crise agricole.

Résultat: le gouvernement a présenté le 31 janvier une loi Alimentation censée mettre un coup d’arrêt à la guerre des prix que se livrent Carrefour, Leclerc et consort, au détriment des petits producteurs.

Sauf que les mesures phares ne semblent pas répondre à la question initiale, et risquent même de coûter cher aux consommateurs.

D’abord, les rabais seraient limités à 34% sur les produits sur les denrées alimentaires. Ce serait la fin des offres « un acheté, un offert », ou des coups comme le Nutella à -70% chez Intermarché.

Ensuite, le seuil de revente à perte (SRP), serait relevé de 10% pour intégrer les coûts indirects, comme la logistique et le stockage. C’est-à-dire qu’ils viendraient s’ajouter aux prix d’achat pour définir le prix plancher d’une promotion, sauf cas exceptionnel.

Les associations de consommateur ont aussitôt dénoncé le danger. Pour l’UFC-Que Choisir, cette loi coûtera jusqu’à 5 milliards d’euros aux consommateurs. Le seul relèvement du SRP provoquerait une inflation de 0,7 à 2% sur les produits alimentaires, au plus haut depuis 2009.





Retrouvez cet article sur : https://www.huffingtonpost.fr/2018/03/14/pouvoir-dachat-les-3-sujets-de-grogne-qui-montent-contre-macron_a_23385627/

A lire aussi:

Voir Aussi

Ce format de grève à la SNCF est-il réellement efficace?

TRANSPORTS – C’est déjà le quatrième round. Ces mercredi 18 et jeudi 19 avril marquent …