Accueil » Actualité » L’UDC claque la porte du Centre droite vaudois

L’UDC claque la porte du Centre droite vaudois

La direction de l’UDC Vaud a décidé de quitter le Centre droite vaudois (CDV), une plateforme où elle avait rejoint le PLR et les Vert’libéraux et dont l’objectif est de renforcer la collaboration entre les partis qui détiennent la majorité bourgeoise au parlement cantonal. Cette décision sera soumise au comité central du parti, précise un communiqué qui a pris les partenaires par surprise.

Le CDV a aussi pour objectif pour ses membres d’aborder les prochaines échéances électorales avec moins d’hésitations que cela n’a été le cas pour les élections fédérales de 2015 et les élections cantonales de 2017. Mais l’expérience n’aura pas résisté longtemps face aux divergences qui se multiplient entre l’UDC et  ses partenaires.

A ce sujet: Dans le canton de Vaud, l’alliance fragile de l’UDC et du PLR

Le tout-ménage de l’UDC qualifié de «torchon»

Pour justifier la rupture, l’UDC reproche au président du PLR, le conseiller national et syndic d’Aigle Frédéric Borloz, d’avoir traité d’«extrémiste» le candidat de l’UDC a une récente élection communale, à Aigle précisément. Quant au secrétaire général des Vert’libéraux, Michaël Dupertuis, il a traité de «torchon» le tous-ménages de l’UDC suisse contre la libre circulation.

Mais l’UDC proteste aussi contre le «manque d’engagement» des autres partis bourgeois sur des sujets qui lui tiennent à cœur. Ainsi, le groupe UDC s’est trouvé isolé au Grand Conseil pour réclamer une commission d’enquête sur les prisons ou à vouloir interdire l’ouverture de locaux d’injection sur le territoire cantonal. Avec son départ du CDV, l’UDC entend dénoncer ses partenaires pour leur «complaisance à l’endroit du gouvernement à majorité de gauche».

«La porte reste ouverte» 

Les conseillers nationaux Jacques Nicolet et Michaël Buffat, membres de la direction du parti, ont pesé dans cette décision. Le PLR et les Vert’libéraux ont pris acte de ce départ, tout en refusant de se sentir coupables. Soulignant que les possibilités de s’entendre sur nombre de sujets fiscaux et économiques demeurent, ils veulent laisser la porte ouverte à l’UDC le jour où elle-ci reviendra à de meilleurs dispositions. La majorité du parlement est au centre droite, grâce à toutes ses composantes, est c’est là l’essentiel, réagissent-ils en substance.

Comme les prochaines échéances électorales vaudoises sont éloignées dans le temps, cette brouille ne devrait pas avoir de conséquences concrètes majeures. Mais cette porte claquée confirme, si besoin était, qu’il n’y a pas de véritable entente entre les composantes de cette majorité parlementaire. La culture politique commune qui avait longtemps lié PLR et UDC a disparu avec la blochérisation du parti vaudois. 


Notre éditorial durant les dernières élections: Misère du PLR vaudois.





Retrouvez cet article sur : https://www.letemps.ch/suisse/ludc-claque-porte-centre-droite-vaudois

A lire aussi:

Voir Aussi

Anna Gabriel: «J’ai choisi la Suisse car elle respecte le droit au référendum»

La procureure du Tribunal suprême espagnol a émis mercredi un mandat d’arrêt contre l’ex-députée indépendantiste …