Accueil » Santé et Remise en forme » Migraine ou mal de tête : comment faire la différence ?

Migraine ou mal de tête : comment faire la différence ?

Migraine ou mal de tête : comment faire la différence ?

"Plus de 300 types de maux de tête ont été décrits", explique le Dr Dominique Valade, neurologue et spécialiste des céphalées. Dans 90 % des cas, il s’agit d’un banal mal de tête ou d’une migraine. Mais il peut aussi s’agir d’autres céphalées plus violentes ou plus sérieuses, fort heureusement moins fréquentes. Identifier précisément de quel mal de tête on souffre est crucial pour être traité efficacement. Selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé), seuls 40 % des migraineux savent qu’ils souffrent de migraines.

Les signes importants à repérer

Le diagnostic repose sur les caractéristiques de la douleur. D’où les multiples questions posées par le médecin : "Depuis quand avez-vous mal à la tête ? Quelle est la fréquence des crises ? La douleur concerne-telle un seul côté ou les deux ? Avez-vous des nausées ou des vomissements ?… ", illustre le Dr Valade. En effet, les maux de tête ne sont caractérisés par aucune anomalie en imagerie médicale, ni par une modification de la température ou du sang. Les examens complémentaires (scanners, bilans sanguins…) ne sont donc d’aucune aide.

Vous avez mal d’un seul côté

Une migraine, le plus souvent : la douleur est aggravée par l’effort, avec impression de sentir son cœur battre dans sa tête, vomissements ou nausées et/ou gêne à la lumière ou au bruit.

Une sinusite : la douleur est localisée au niveau du front ou à l’arrière des fosses nasales, avec congestion (peau chaude et rouge) due à l’infection. Signes associés : écoulement nasal, fièvre…

Vous souffrez dans toute la tête

Un mal de tête : la douleur est légère à modérée en étau, des deux côtés de la tête, sans nausées. Il s’agit le plus souvent d’une céphalée de tension, provoquée par le stress et/ou à la fatigue.

Une rupture d’anévrisme : la douleur, de survenue brutale, est d’emblée très intense. C’est extrêmement rare, mais si on n’a jamais – ou quasiment jamais – ressenti un tel mal de tête, c’est une urgence absolue.

La douleur est ressentie autour de l’œil

Une migraine avec aura : la douleur, concentrée sur un seul côté, est précédée de troubles visuels (points lumineux, perte de vision… ), de fourmillements ou de difficultés à s’exprimer. Cette forme de migraine représente 20 % des cas.

Une algie vasculaire de la face : la douleur, intense, est centrée sur un œil ou une tempe, les yeux larmoient, le nez coule. Cela fait très mal et peut survenir par crises.

Zoom sur la migraine menstruelle

Si le mal de tête survient une fois par mois, dans la période allant des deux jours qui précèdent les règles aux trois jours qui les suivent, il s’agit probablement d’une migraine menstruelle, ou cataméniale. En général plus longue, plus intense et plus difficile à soulager, elle est due à la chute du taux de l’hormone oestradiol en fin de cycle. Souvent, elle est associée à d’autres crises non liées aux règles lors du cycle. La migraine menstruelle "pure", survenant uniquement lors de menstruations, ne concerne que 7 % des migraineuses.

A lire aussi :

Migraine : feu vert pour le traitement préventif

L’hypnose au secours des migraines et céphalées





Retrouvez cet article sur : https://www.topsante.com/medecine/troubles-neurologiques/migraine/migraine-ou-mal-de-tete-comment-faire-la-difference-628257

A lire aussi:

Voir Aussi

Aliments de fêtes : ils sont aussi bons pour la santé !

Les huîtres sont très riches en oligo-éléments. Elles contiennent de l’iode, excellente pour la tyroïde, …