Accueil » Actualité » ONPC: Raquel Garrido est d’accord avec Charles Consigny, et elle trouve cela « révolutionnaire »

ONPC: Raquel Garrido est d’accord avec Charles Consigny, et elle trouve cela « révolutionnaire »

ONPC: Raquel Garrido est d

POLITIQUE – « Je me bats pour une société qui n’existe pas. Et je l’assume. » Lors du numéro de « On n’est pas couché » diffusé en pleine grogne des gilets jaunes ce samedi 1er décembre -mais enregistré quelques jours avant la grande journée de mobilisation qui a traversé la France et provoqué des débordements considérables-, c’est un fervent soutien de cette colère populaire qui était invité par Laurent Ruquier: Olivier Besancenot.

Et en plateau, ce dernier, qui a insisté sur le fait qu’il ne parlait aucunement au nom des gilets jaunes, a plaidé pour une fiscalité nouvelle, plus juste et équitable.

« Quand une personne gagne 281 années de Smic… Putain, y’a pas un problème?! Ça veut dire qu’un chef d’entreprise va gagner en une année ce que la majorité d’entre nous ne va pas gagner en trois vies tout entières… », s’est emporté celui qui a tenté par deux fois sa chance lors de l’élection présidentielle. Pour autant, ses idées pour remédier à cet écart démesuré n’ont pas semblé convaincre Charles Consigny, avec qui il discutait, lequel lui a demandé des solutions concrètes.

« Il faut faire des proposition. Prenons l’entreprise et essayons d’être constructifs », a commencé le chroniqueur de Laurent Ruquier. « Les écarts de revenus sont choquants dans beaucoup d’entreprises. À tel point que les rémunérations des dirigeants ne sont même plus publiques, et que quand elles le sont, on n’affiche qu’une partie de la rémunération. Et si on met tout bout à bout, c’est beaucoup plus que 200 fois le salaire le plus faible de l’entreprise », a-t-il poursuivi.

Et de se lancer justement dans le détail de l’une des « propositions » qu’il réclamait à Olivier Besancenot: « Les rémunérations sont décidées par qui dans les très grandes entreprises? Par les conseils d’administration, où il y a d’autres grands patrons en général. (…) On pourrait par exemple décider que les rémunérations soient soumises au vote majoritaire des salariés d’une entreprise. »

Une idée qui, si elle suscité un débat avec Olivier Besancenot du fait du recours à l’exemple de Carlos Ghosn et Renault, a séduit de manière surprenante. Et pour cause, visiblement devant son téléviseur au moment de la diffusion, l’ancienne cadre de la France insoumise Raquel Garrido a salué l’idée suggérée par Charles Consigny, un auteur pourtant connu pour ses positions d’ordinaire assez éloignées de celles du parti de Jean-Luc Mélenchon.

« Je pense que si même Consigny en est là, nous sommes vraiment dans une période révolutionnaire! », s’est-elle notamment amusée sur Twitter, dans un message relayé par son compagnon et député LFI Alexis Corbière. La preuve que la période confuse politiquement et les débats provoqués par la mobilisation des gilets jaunes peuvent créer des convergences inattendues.





Retrouvez cet article sur : https://www.huffingtonpost.fr/2018/12/01/onpc-raquel-garrido-est-daccord-avec-charles-consigny-et-elle-trouve-cela-revolutionnaire_a_23606182/

A lire aussi:

Voir Aussi

On a rencontré Domenico Lucano, le maire pro-migrants de Riace

INTERNATIONAL – À Riace, Domenico Lucano est affectueusement surnommé « Mimmo ». Mais c’est à Caulonia, un …