Accueil » Sports » Sport – Le sacre de Modric vu par la presse française

Sport – Le sacre de Modric vu par la presse française

20 minutes - Le sacre de Modric vu par la presse française

Si personne ne remet directement en cause le sacre du Croate Luka Modric, finaliste malheureux de la Coupe du Monde et vainqueur de la Champions League avec le Real Madrid, «Eurosport» ne prend pas de gant en titrant «L’injustice Griezmann». Et va même plus loin. «Le joueur de l’année, c’est Griezmann».

Placé sur la 3e marche du podium, le joueur de l’Atlético Madrid aurait été, selon le média, bien plus régulier sur l’ensemble de l’année, avec deux trophées (Europa League et Supercoupe d’Europe), le titre de champion du monde, et des buts, 36 pour être exact. Qu’est-ce qui cloche chez Antoine Griezmann pour enfin faire l’unanimité? Et «Eurosport» de se demander comment un Cristiano Ronaldo, moins brillant qu’à l’accoutumée, peut se retrouver devant lui. «Le Real sait faire gagner le Ballon d’Or, ce n’est pas dans l’ADN de l’Atlético», écrit le site sportif.

De son côté, «RMC Sport» pointe du doigt la 7e place de Raphael Varane. Le défenseur de 25 ans est le seul joueur à avoir remporté, cette année, la Champions League et la Coupe du monde. Oui mais c’est un défenseur. Et un défenseur ne gagne plus ce titre depuis 2006, année du sacre de l’Italien Fabio Cannavaro. «Voir Varane 7e, c’est carrément étrange, s’étonne Pierre Ducrocq, membre de la Dream Team RMC Sport. Le voir si loin dans le classement, c’est une déception».

Le journal L’Equipe parle lui d’un souffle nouveau sur cette édition 2018, avec en couverture les 3 lauréats, Luka Modric, Ada Hegerberg et Kylian Mbappé. Si le joueur du PSG a reçu le Prix Kopa, récompensant le meilleur joueur de moins de 21 ans, le phénomène a terminé au pied du podium du Ballon d’Or. «Impressionnant de maturité pour son jeune âge, loué pour son intelligence, Mbappé est parti pour laisser une trace indélébile dans l’histoire du foot», écrit le quotidien sportif.

Le quotidien met aussi en avant le fair-play des joueurs tricolores dans ce qu’on peut appeler une défaite. «Par respect pour mes coéquipiers, je me devais d’être là », a dit notamment «Grizou».

Tout le contraire de Pierre Menès. Le journaliste de Canal + lui reste, et restera chauvin. Et il n’a pas pu s’empêcher comme très souvent de nous dire le fond de sa pensée sur les réseaux sociaux.

Football

(nxp)





Retrouvez cet article sur : http://www.20min.ch/ro/sports/football/story/10640814

A lire aussi:

Voir Aussi

Sport – Un finish époustouflant sur le 15km de Davos

Finish époustouflant sur le 15km style libre. Le Russe Evgeniy Belov a en effet battu …