Accueil » Sports » Sport – Loïck Peyron en a terminé sur son bateau de 1980

Sport – Loïck Peyron en a terminé sur son bateau de 1980

20 minutes - Loïck Peyron en a terminé sur son bateau de 1980

Voici quatre ans, Loïck Peyron s’était mis en tête de participer à la Route du Rhum à bord du petit trimaran jaune Happy, copie quasi conforme du bateau Olympus, avec lequel le Canadien Mike Birch avait remporté, en 1978, la toute première édition de la régate. Mais son téléphone avait soudain sonné, alors qu’il venait de hisser les voiles en direction de l’Espagne, afin de se qualifier pour la course. Au bout du fil, la proposition de remplacer Armel Le Cléac’h, blessé, à bord du maxi-trimaran Banque Populaire VII. Quelques mois plus tard, Peyron remportait l’édition 2014 du «Rhum», record de l’épreuve à la clé (7 jours, 15h 8’32 »).

Cette année, le téléphone n’a pas sonné. Et le Français de 58 ans a pu réaliser son rêve d’imiter Mike Birch, qu’il considère comme l’un de ses mentors. Les choses se sont plutôt bien passées pour Peyron, qui a terminé ce week-end l’édition 2018 de la Route du Rhum, à bord de Happy, au bout de 21 jours, 3h 57’17 » de navigation. Un résultat qui lui vaut un excellent 4e rang dans la catégorie Rhum Multi. Le skipper a même fait mieux que Birch sur son «sistership», puisque le Canadien avait bouclé sa traversée transatlantique en 23 jours, 6h 59’35 ».

Sans technologie ni bulletins météo

Une performance d’autant plus remarquable que Loïck Peyron a navigué à l’ancienne, sans technologies modernes et au sextant. Durant trois semaines, le Baulois a surtout navigué pour le plaisir, mais n’a pas renoncé pour autant à ses réflexes de bagarreur. «Je n’avais pas de position, sauf celle de François Gabart, car on me les envoyait tous les matins et tous les soirs et je dois avouer que ça m’a bien motivé!, a raconté le marin à son arrivée à Pointe-à-Pitre. Cette transat c’est un mélange de très bons et aussi très durs moments». Comme lorsqu’il a fallu affronter les dépressions qui ont frappé le golfe de Gascogne à la chaîne au cours de la première semaine. Pour limiter les dégâts, Peyron avait choisi de longer les côtes espagnoles pour se protéger un peu, mais sans jamais faire escale. Il faut dire qu’il ne recevait même pas de bulletins météo dans ses conditions de courses des années 1980!

A la lutte avec ses adversaires directs jusqu’au bout, c’est finalement avant l’entrée dans le canal des Saintes que Loïck Peyron a pu faire valoir son talent pour forcer la différence.

Résultats/Classements

(duf)





Retrouvez cet article sur : http://www.20min.ch/ro/sports/autres/story/11498884

A lire aussi:

Voir Aussi

Sport – Holdener accroche le podium à Saint-Moritz

La Schwytzoise Wendy Holdener a terminé troisième du slalom parallèle de Saint-Moritz. Seulement 31e des …