Accueil » Santé et Remise en forme » Trop d'attente pour voir un ophtalmo : il y a peut-être une solution

Trop d'attente pour voir un ophtalmo : il y a peut-être une solution

Trop d'attente pour voir un ophtalmo : il y a peut-être une solution

En France, les ophtalmologues sont le premier recours aux soins visuels. La Cour des comptes, dans son rapport sur la Sécurité sociale publié cette semaine, pointe le fait qu’ils sont : "inégalement répartis sur le territoire et pratiquent généralement des dépassements d’honoraires." Les temps d’attente pour un rendez-vous sont très longs, et les coûts très élevés.

Elle relève aussi le risque que d’ici 2030, la situation ne s’aggrave due à "la forte contraction prévisible de la démographie des ophtalmologues". On estime que d’ici à cette période, la densité moyenne de ces spécialistes baisse de 20%. La solution proposée par la Cour des comptes ? Elargir les compétences des autres professionnels de la filière visuelle.

Restructurer et donner plus de pouvoir aux orthoptistes

"Dans de nombreuses zones, les patients se heurtent à des délais importants, y compris dans des cas d’urgence, pour obtenir une consultation, voire à une impossibilité quand ils ne sont pas déjà suivis" écrit la Cour des comptes dans son rapport d’octobre 2018. Une situation qui ne s’améliorera pas à moins d’un changement structurel des premiers recours visuels en France.

La Cour des comptes rappelle qu’en Allemagne et au Royaume-Uni par exemple, le système est différent. Elle propose donc de changer le fonctionnement français en permettant aux orthoptistes (4643 au début de l’année 2017) de réaliser en "toute autonomie" des bilans visuels. Cela, à condition d’avoir la formation adéquate, soit de passer d’un bac+3 actuellement, à un niveau master bac+5.

Une première prescription visuelle chez les opticiens

De même du côté des opticiens-lunetiers, qui étaient 35 718 au début de l’année 2017. "Leur rôle devrait être élargi à la prescription en première intention des équipements d’optique médicale, sous réserve d’une formation complémentaire" souligne la Cour des comptes. Leur actuel BTS ne suffirait plus, il leur faudrait obtenir un niveau master. Ils peuvent déjà renouveler ou adapter les ordonnances des patients, cela leur permettrait de pouvoir "prescrire en première intention". Bien-sûr, si la problématique visuelle du patient excède leur champ de compétences, ils devraient le réorienter vers un ophtalmologue.

L’objectif est aussi de permettre aux ophtalmologues de se défaire des prescriptions les plus simples et d’avoir plus de temps pour se consacrer aux situations pathologiques et aux actes chirurgicaux.

Lire aussi :

3 mois d’attente pour un rendez-vous chez l’ophtalmo

Rendez-vous chez l’ophtalmo : 87 jours d’attente en moyenne





Retrouvez cet article sur : https://www.topsante.com/medecine/ophtalmo/lunettes-de-vue/trop-d-attente-pour-voir-un-ophtalmo-il-y-a-peut-etre-une-solution-628546

A lire aussi:

Voir Aussi

Des bactéries intestinales pour traiter le diabète ?

Certaines bactéries intestinales pourraient avoir des propriétés « anti-diabétiques » et ainsi, aider à traiter les patients …