Accueil » Santé et Remise en forme » Un test universel pour détecter le cancer est en développement

Un test universel pour détecter le cancer est en développement

Un test universel pour détecter le cancer est en développement

Aujourd’hui, pour savoir si un individu souffre d’un cancer, les médecins doivent effectuer une biopsie des tissus à partir de sa tumeur présumée. La procédure, invasive, repose sur le fait que le patient remarque une grosseur et signale des symptômes laissant penser à un potentiel cancer. Mais des scientifiques de l’Université du Queensland (Australie) pensent avoir identifié un moyen plus rapide et moins coûteux pour détecter les traces de la maladie.

Dans Nature Communications, ils présentent ainsi ce 5 décembre un test de détection des cellules cancéreuses, réalisable en dix minutes. Cet outil identifierait dans le sang des patients les différences entre cellules cancéreuses et cellules saines, afin d’obtenir un diagnostic rapide. Si de plus amples études sont nécessaires, il permettrait l’accès à un dépistage systématique et proposerait une procédure simple pour les médecins.

Une modification du processus de méthylation

Pour en venir à ces résultats, l’équipe du Queensland a découvert que l’ADN des cellules cancéreuses et que l’ADN des cellules saines « se collaient » de manière différence aux surfaces métalliques. En fait, l’ADN est génétiquement programmé pour se configurer avec des molécules des groupes méthyle, dans un processus appelé « méthylation ». Celui-ci agit comme « contrôleur », en faisait taire des gènes inutiles et en révélant d’autres.

Seulement, le cancer a une incidence sur les propriétés physiques et chimiques de l’ADN, ce qui modifie ce fameux processus de méthylation. Alors que l’ADN des cellules normales est parsemé de groupes méthyle, l’ADN des cellules cancéreuses est en grande partie dénudé. Et les rares groupes méthyle ne s’y trouvent que dans de petites grappes, à des emplacements spécifiques.

L’eau change de couleur en cas de cancer

Ainsi, les chercheurs en sont venus à observer que les deux ADN différents se comportent très différemment. Entre autres caractéristiques, les cellules cancéreuses se lient ainsi plus fortement aux nanoparticules d’or. Les scientifiques ont donc créé un test à base d’eau et de ces nanoparticules, qui rendent l’eau rose. Si de l’ADN de cellules cancéreuses est ensuite ajouté, il se colle à l’or de telle sorte que l’eau conserve sa couleur d’origine. Mais si de l’ADN de cellules saines est ajouté, l’ADN se lie différemment aux particules et l’eau devient bleue.

Leur approche a été testée sur plus de 100 échantillons humains, 72 patients atteints de différents cancers et 31 individus en bonne santé. Au final, le test aurait une sensibilité de 90 %, c’est-à-dire qu’il détecterait environ 90 cas de cancer sur 100. À ce stade, le test ne peut détecter que la présence de cellules cancéreuses, et non leur type ni le stade de la maladie. Des essais plus poussés sont en cours pour permettre une analyse plus détaillée, mais l’avancée, jamais appréhendée auparavant, est un grand pas dans la recherche.

À lire aussi :

  • Détecter le cancer à partir d’une prise de sang : c’est déjà une réalité
  • Dépistage du cancer: Une nouvelle technique basée sur le flair des chiens





Retrouvez cet article sur : https://www.topsante.com/medecine/cancers/cancer/un-test-universel-pour-detecter-le-cancer-est-en-developpement-629538

A lire aussi:

Voir Aussi

"Droits de santé" des nouveaux-nés: la ministre rejette les critiques

La ministre de la Santé publique Maggie De Block a estimé jeudi que tous les …