Accueil » Santé et Remise en forme » Une ville des années 1950 pour soigner les malades d'Alzheimer 

Une ville des années 1950 pour soigner les malades d'Alzheimer 

Une ville des années 1950 pour soigner les malades d'Alzheimer 

Le 13 août dernier, une toute nouvelle bourgade de la banlieue de San Diego (Californie) a accueilli ses premiers résidents. Mis en images par le Figaro, son centre commercial surnommé « Town Square » est loin d’être ordinaire. Sur plus de 800 m2, un décor d’une ville américaine imaginaire des années 1950 a été installé par les centres de jour pour adultes du George G. Glenner Alzheimer’s Family Center. Contrairement aux boutiques et restaurants habituels, Town Square vend un bien immatériel : des souvenirs.

La thérapie de la réminiscence

L’objectif ? Stimuler la mémoire de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. À travers ce décor reconstitué, ils sont invités à retrouver des souvenirs enfouis. C’est ce qui est appelé thérapie de la réminiscence. Les soignants encouragent en effet les malades souffrants de démence et de déficiences cognitives à parler d’événements du passé en s’aidant de photos, de musiques, de messages stimulants. La thérapie de réminiscence aurait ainsi, selon une étude de l’organisation Cochrane, des effets positifs sur l’humeur, la cognition ou la communication.

La thérapie cible par ailleurs les souvenirs fabriqués entre 10 et 30 ans, car ils seraient les plus forts et les plus durables. Sachant que la majeure partie des personnes souffrantes de cette maladie neurodégénérative et autres apparentées sont des octogénaires, le choix des années 1950 fait sens : une personne âgée de 80 ans en 2018 en avait 12 en 1950. Town Square possède ainsi un téléphone à cadran, une Ford de 1959, un jukebox ou encore des portraits de stars d’Hollywood de l’époque. Tous les détails ont été pensés pour que l’environnement soit connu et rassurant pour les participants.

Des soins alternatifs

Chaque jour, les patients médicalisés sont envoyés en soin dans cette fausse ville aux quatorze devantures, dont un restaurant, un cinéma, une animalerie, une station essence… Ils circulent en petits groupes avec un assistant et visitent cinq ou six vitrines par jour, prétextes à des activités adaptées à chacun. Ils visionnent ainsi des films d’époque, réalisent des puzzles à la bibliothèque ou bénéficient de la thérapie animalière.

La demande est forte, si bien qu’une version 2.0 de cette reconstitution est en construction près de Baltimore, aux États-Unis toujours. En France, l’ouverture d’un premier « village Alzheimer » ouvrira ses portes fin 2019 à Dax (Landes). Là aussi, il s’agira d’accompagner les malades avec des approches non médicamenteuses et des activités thérapeutiques, dans un environnement familier.

À lire aussi :

Maladie d’Alzheimer : 20 unités cognitivo-comportementales supplémentaires





Retrouvez cet article sur : https://www.topsante.com/medecine/troubles-neurologiques/alzheimer/une-ville-des-annees-1950-pour-soigner-les-malades-d-alzheimer-628403

A lire aussi:

Voir Aussi

La lotion anti-poux Prioderm ne sera plus commercialisée

Voilà une information qui intéressera sans doute les parents de p’tits bouts âgés de 3 …