lundi , 19 août 2019
Accueil » Actualité » 500 migrants arrêtés sur fond de fermeture de la frontière avec les États-Unis

500 migrants arrêtés sur fond de fermeture de la frontière avec les États-Unis


Honduriens, Guatémaltèques, Salvadoriens, Nicaraguayens, majeurs comme mineurs… Les autorités mexicaines ont arrêté lundi environ 500 migrants illégaux, presque tous originaires d’Amérique centrale, lors de deux opérations menées dans l’État du Chiapas, à la frontière avec le Guatemala, ont indiqué le procureur général et l’Institut national des migrations (INM).

Une partie des arrestations concerne des migrants présents dans cinq autocars qui roulaient sur une route non goudronnée. Les autres formaient une « caravane », et ont été arrêtés par l’INM alors qu’ils marchaient sur une route, près de la ville frontière de Tapachula, dans le sud de l’État du Chiapas. Ils font partie d’un groupe entré illégalement dimanche soir par le pont international de Rodolfo Robles, qui relie le Mexique au Guatemala.

Trump menace de fermer la frontière

Ces arrestations interviennent alors que le président américain Donald Trump a une nouvelle fois accusé, vendredi, le Mexique d’inaction dans la lutte contre l’immigration illégale. Il a menacé de fermer la frontière entre les deux pays cette semaine, en l’absence de changement notable.

« Si le Mexique ne met pas fin immédiatement à toute l’immigration clandestine qui arrive aux États-Unis (…), je fermerai la frontière, ou de larges pans de la frontière, la semaine prochaine », a tweeté Donald Trump, qui souhaite toujours faire construire son fameux mur à la frontière ce qui, selon lui, stopperait l’immigration illégale.

Jeudi, le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador a assuré vouloir éviter « à tout prix » une confrontation avec les États-Unis, se disant à prêt à aider par tous les moyens possibles sans pour autant faire d’annonces concrètes sur ce dossier sensible.

Le Mexique, passage obligé

Plusieurs groupes de plusieurs milliers de migrants venus d’Amérique centrale avaient remonté le continent en direction des États-Unis en 2018. En octobre, deux cortèges – appelés « caravanes » – réunissaient ainsi 6000 personnes dans le sud du Mexique, qui comptaient se rendre au États-Unis. Une partie avait atteint la frontière et l’avait franchie illégalement.

Le gouvernement américain a par la suite imposé aux migrants sud-américains d’attendre au Mexique toute décision sur leur demande d’asile. La mesure est destinée à décourager l’immigration clandestine à la frontière sud.




Retrouvez cet article sur : BFM-TV

A lire aussi: