samedi , 12 décembre 2020
Accueil » Actualité » Alain Fischer, le « Monsieur Vaccin » du gouvernement, détaille le fonctionnement des différents candidats

Alain Fischer, le « Monsieur Vaccin » du gouvernement, détaille le fonctionnement des différents candidats

SCIENCE – Transparence, pédagogie et beaucoup de détails. C’est ce qui peut résumer le déroulé de la conférence sur la stratégie vaccinale française organisée par Jean Castex ce jeudi 3 décembre. Le Premier ministre a présenté les trois grandes phases de la campagne à venir pour tenter d’endiguer la maladie Covid-19. Les vaccins seront gratuits et devraient être disponibles progressivement dès le début de l’année 2021.

Jean Castex a également laissé la parole à Alain Fischer, le “Monsieur Vaccin” nommé par le gouvernement pour encadrer la campagne de vaccination contre le coronavirus. Le professeur d’immunologie enseigne au Collège de France et a dirigé le service d’immunologie et hématologie pédiatriques à l’hôpital Necker-Enfants Malades. Il présidera le “conseil d’orientation de la stratégie vaccinale”, qui chapeautera quatre comités: “scientifique vaccin”, “des parties prenantes”, d’élus et enfin de citoyens.

Alain Fischer a rappelé que pour que ce vaccin soit efficace, il faut avant tout que les citoyens aient “confiance”. Et pour cela, la transparence est un élément essentiel. Le médecin a donc détaillé plus précisément ce que l’on sait sur les candidats vaccins les plus avancés, qui ont le plus de chances d’être disponibles rapidement en France: type de vaccins, balance bénéfice-risque, efficacité sur les formes graves et la transmission ont été évoqués, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en haut de l’article. Vous pouvez aussi retrouver plus de détails sur ce qu’il faut savoir des candidats vaccins dans notre article dédié.

L’immunologiste a notamment dirigé la concertation citoyenne sur la vaccination organisée en 2016. Il avait alors à l’époque rempli une déclaration d’intérêt totalement vide, si ce n’est son travail au Collège de France, à l’AP-HP, ainsi qu’une mission non rémunérée pour l’Association de patients déficits immunitaires primitifs.

Ce qui n’avait pas empêché à l’époque le collectif Formindep, spécialisé dans l’étude des conflits d’intérêts en médecine, de rappeler qu’il aurait été préférable d’y mentionner le prix Sanofi-Institut Pasteur de 100.000 euros reçu en 2013. “Cette récompense n’est en rien une collaboration avec le laboratoire Sanofi et n’entre pas dans le cadre de la déclaration d’intérêts”, s’était défendu Alain Fischer dans Le Monde. Il a d’ailleurs reçu de très nombreux prix pour ses accomplissements tout au long de sa carrière. Ce qu’avait concédé l’association en déplorant une absence “de nature à jeter le doute sur la transparence”. 


Première apparition