mardi , 18 février 2020
Accueil » Actualité » Apple, Microsoft et Tesla visés par une plainte pour le travail d’enfants en RDC

Apple, Microsoft et Tesla visés par une plainte pour le travail d’enfants en RDC

ASSOCIATED PRESS

La plainte émise accuse les entreprises d’obliger des enfants à travailler de longues heures dès l’âge de six ans.

JUSTICE – Les entreprises Apple, Google, Microsoft, Tesla et Dell ont toutes été dénoncées dans une plainte fédérale déposée aux États-Unis par des parents qui affirment que leurs enfants ont été blessés ou tués dans des mines de cobalt en République démocratique du Congo.

Selon un article du Guardian du 16 décembre, l’International Rights Advocates (un groupe de défense des droits de l’Homme), vient de déposer une plainte devant le tribunal du district américain de Columbia au nom de 14 enfants et parents congolais. Ceux-ci accusent les cinq grands groupes cités dans la plainte de “bénéficier et d’encourager sciemment l’usage cruel et brutal de jeunes enfants”.

La plainte émise accuse les entreprises d’obliger des enfants à travailler de longues heures dès six ans. Le rapport fourni au tribunal comprend des photos des blessures des plaignants, comme des jambes écrasées et blessées. Les enfants, “régulièrement mutilés et tués”, ainsi que leurs familles réclament des dommages et intérêts pour les salaires impayés, les frais médicaux et “l’angoisse mentale, la douleur et la souffrance” d’être contraints de travailler dans des conditions dangereuses.

Les accusations d’Amnesty International dès 2016

Le cobalt est une ressource vitale pour les entreprises de technologie, car il s’agit d’un élément essentiel des piles au lithium utilisées dans les iPhones, les véhicules rechargeables et bien d’autres produits. La majeure partie de ce minéral dans le monde est extraite en République démocratique du Congo.

Apple et d’autres entreprises qui utilisent du cobalt ont déjà été accusées de recourir au travail des enfants, même si c’est la première fois qu’une poursuite fédérale est intentée contre elles. En 2016, un rapport d’Amnesty International se basant sur plus de 90 témoignages accusait Apple, Samsung, Sony et Microsoft d’utiliser le travail des enfants en RDC. Le rapport a également constaté que les travailleurs n’étaient pas toujours équipés de protections et que les enfants pouvaient parfois travailler par roulement de 24 heures.

Le rapport sur la responsabilité des fournisseurs d’Apple aborde certains de ces problèmes. Sous la rubrique “protection des jeunes travailleurs”, il est précisé qu’un fournisseur peut embaucher des employés qui atteignent l’âge minimum légal ”à condition qu’ils n’effectuent pas de travail qui pourrait mettre en danger leur santé, leur sécurité ou leur moralité”. “Le fournisseur n’exigera pas que les jeunes travailleurs fassent des heures supplémentaires ou effectuent du travail de nuit.”

Un porte-parole d’Apple avait alors tenté de démontrer comment l’entreprise lutte contre le travail des enfants, en publiant un rapport annuel sur les conflits miniers. Pour l’instant, aucune de ces entreprises ne s’est exprimée au sujet de cette nouvelle plainte. 




Première apparition