vendredi , 21 février 2020
Accueil » Actualité » Après l’affaire Roxana Maracineanu, Noël Le Graët charge les supporters français

Après l’affaire Roxana Maracineanu, Noël Le Graët charge les supporters français

FRED TANNEAU via Getty Images

Pour Noël Le Graët, il est désormais « difficile » pour les matches de football de se tenir dans certains stades français, à cause des fumigènes et de la conduite des supporters. 

FOOTBALL – Le président de la Fédération française de football (FFF) Noël Le Graët a présenté ce samedi 14 décembre ses excuses à la ministre des Sports Roxana Maracineanu, chahutée la veille par des supporters en marge du match de National entre le Red Star et Quevilly-Rouen.

“Je n’accepte pas la conduite faite hier soir à la ministre des Sports. En votre nom (celui de l’assemblée fédérale de la FFF, ndlr), j’aimerais lui adresser mes excuses et lui souhaiter de pouvoir passer quelques soirées confortables dans tous les stades, quels qu’ils soient”, a déclaré le dirigeant depuis Paris, où s’est tenue dans la matinée l’assemblée fédérale de l’instance.

“C’est totalement inadmissible. Le respect ministériel doit être total, surtout sur un terrain de foot. Je regrette qu’elle n’ait pas pu rester jusqu’à la fin du match, surtout au Red Star qui a sûrement besoin d’améliorer ses installations”, a-t-il poursuivi devant les journalistes.

Une ministre prise à partie par des supporters

Venue à titre privé au match opposant le Red Star à Quevilly-Rouen, rencontre de troisième division, la ministre des Sports Roxana Maracineanu a été prise à partie à la mi-temps par une dizaine de spectateurs, derrière le stade, à Saint-Ouen. Elle a été exfiltrée de l’enceinte durant la mi-temps. Une vidéo postée sur les réseaux sociaux montre l’ancienne nageuse regagner sa voiture sous les quolibets et essuyant quelques jets d’eau. Le Red Star a promis de prendre des sanctions, samedi matin.

De manière plus générale, le patron du football français s’est attaqué violemment aux tribunes du pays. “Les clubs ont relâché la pression” sur leurs supporters, a-t-il dénoncé, ajoutant avoir l’impression que “depuis deux mois, c’est parti”. Il a notamment pointé du doigts les récents cas de fumigènes et de heurts dans les stades. “Il est temps de reprendre les choses en main. Depuis deux mois, on a l’impression que c’est parti et qu’on ne bouge pas trop”, a ainsi déclaré le dirigeant. 

“Dans cinq ou six stades, on peut difficilement jouer au football parce qu’il y a les fumigènes ou en raison de la conduite de certains spectateurs, qui veulent soit changer de président, d’entraîneur ou de joueur”, a-t-il poursuivi.

“Les supporters doivent bien se comporter”

“C’est aux présidents de club de faire en sorte que leurs services de sécurité soient meilleurs et à la Ligue (la LFP) de prendre les premières sanctions. Nous sommes complètement décalés par rapport au reste de l’Europe. La Fédération ne pourra pas rester insensible”, a-t-il encore dit.

Noël Le Graët s’est exprimé alors que plusieurs incidents concernant des supporters ont eu lieu ces derniers jours en France, comme à Bordeaux où des ultras ont interrompu pendant une demi-heure la rencontre de Ligue 1 entre les Girondins et Nîmes pour contester la présidence du club, le 3 décembre.

Mardi dernier, des heurts ont opposé des supporters aux joueurs de Lyon, après le déploiement d’une banderole hostile à Marcelo, le défenseur de l’OL pris en grippe par le kop. Le lendemain à Paris, des incidents ont éclatés entre fans du PSG et du club turc de Galatasaray aux abords du Parc des princes.

“Il y a des caméras, il faut avoir le courage de porter plainte, de faire en sorte que ces garçons ne reviennent plus au stade”, a dit Le Graët. “Tout le monde doit rester à sa place. Les supporters doivent bien se comporter. 98% des gens se conduisent bien, et sont perturbés par les 2% qui ne sont contents de rien”, a-t-il encore déclaré.




Première apparition