dimanche , 27 septembre 2020
Accueil » Actualité » « Charlie Hebdo »: le « deuxième suspect » livre son récit des faits

« Charlie Hebdo »: le « deuxième suspect » livre son récit des faits

PARIS – Le deuxième suspect placé en garde à vue après l’attaque au hachoir qui a fait deux blessés graves vendredi à Paris, avant d’être mis hors de cause, a eu “un comportement héroïque”, a souligné ce samedi 26 septembre son avocate auprès de l’AFP.

“Il doit être présenté comme un héros, il a eu un comportement héroïque”, a affirmé Me Lucie Simon au sujet de son client, “Youssef” (nom d’emprunt), 33 ans, de nationalité algérienne et présent depuis moins de dix ans en France. Il est sorti libre vendredi soir après avoir passé une dizaine d’heures en garde à vue auprès des enquêteurs antiterroristes.

“Youssef était au niveau du boulevard Richard Lenoir, il entend le cri d’une femme, puis d’un homme et voit quelqu’un partir avec un couteau et qui fait tomber ce couteau à l’entrée de la bouche de métro”, raconte-t-elle.

“Mon client, qui a fait cela plusieurs fois dans sa vie, se met à lui courir après pour l’arrêter. Il se dit qu’il a dû agresser une femme, sans se douter du caractère terroriste de l’affaire”, poursuit-elle.

“Il descend en trombe ans le métro, il voit que (le principal suspect) est sur l’autre quai, il crie ‘qu’est-ce que t’as fait?’. L’assaillant le pointe avec un cutter et rentre dans le métro. Mon client arrête de le poursuivre parce qu’il est menacé”, ajoute-t-elle.

“Youssef”, qui a livré un récit des faits dans Le Monde, raconte cette scène en détails: “Il m’a dit quelque chose, mais je n’ai rien compris. Je crois qu’il ne parlait pas le français. Il était étonnement calme. C’est comme s’il attendait tranquillement le métro. Il est monté dedans sans agresser personne et il est parti en direction de Bastille.”

Menottes et yeux bandés

“Youssef” va alors voir un agent pour lui raconter les faits. Au final, il subira une fouille et sera immédiatement relâché et laissé libre.

Mais dans le même temps, son échange avec le principal suspect sur les caméras du métro a été repéré par des agents. Sa photo commence alors à circuler, tandis qu’il revient sur les lieux de l’attaque rue Nicolas Appert.

Il approche alors un policier et décrit la scène qui va suivre: “Il a appelé son chef, ils avaient ma photo. Ils sont venus autour de moi, ils étaient une dizaine. Ils m’ont emmené dans le métro. Ils m’ont demandé de regarder en direction des caméras pour prendre mon portrait, ils m’ont aussi pris en photo avec leurs téléphones. Puis ils m’ont mis des menottes. J’en entends un qui dit en chuchotant: ‘On l’a chopé.’ Je lui réponds: ‘Vous m’avez pas du tout chopé, c’est moi qui suis venu pour témoigner!’”

“Youssef” est ensuite placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire dans le XVIIe arrondissement après “une interpellation type affaires de terrorisme: menottes, yeux bandés”, ajoute son avocate.

Elle estime qu’il n’était pas “strictement nécessaire” que son client soit placé en garde à vue alors que d’après elle, les enquêteurs “avaient déjà tous les éléments”. “Ils avaient les vidéos de mon client, qui avait aussi croisé un policier avant d’être interpellé, à qui il avait donné la direction du suspect”.

“J’ai cru qu’on allait me traiter comme un héros et on m’a mis derrière les barreaux”, a notamment déploré “Youssef”, selon son avocate.

La piste de son implication sera rapidement écartée et il sera libéré vers minuit.


Première apparition