dimanche , 15 novembre 2020
Accueil » Actualité » Covid-19: des premiers patients transférés entre régions pour soulager les hôpitaux

Covid-19: des premiers patients transférés entre régions pour soulager les hôpitaux

COVID-19 – Face a une deuxième vague qui déferle, poussant le nombre de cas de Covid-19 depuis le début de l’épidémie au dessus de la barre symbolique d’un million, des premiers patients commencent à être transférés entre régions pour soulager les hôpitaux sous pression.

Ainsi, face à une situation de saturation des capacités de réanimation en Auvergne Rhône-Alpes, l’Agence régionale de santé (ARS) et des établissements de Nouvelle-Aquitaine ont accueilli huit patients en provenance d’établissements de Lyon, Saint-Étienne et Villeurbanne.

Le CHU de Bordeaux, le CHU de Poitiers et le CH de Brive ont immédiatement accepté de se mobiliser pour accueillir ces patients, indique l’ARS de Nouvelle-Aquitaine ce vendredi 23 octobre.

Des patients transférés pour soulager les hôpitaux de Roubaix et Tourcoing

Dans le nord de la France cette fois, des patients souffrant du Covid ont été transférés des hôpitaux de Roubaix et Tourcoing, deux villes confrontées à une envolée du nombre de cas, vers d’autres établissements de la région, a aussi indiqué ce vendredi le CHU de Lille.

Huit patients hospitalisés dans des services Covid ont été transférés dans la nuit de jeudi à vendredi vers le CHU de Lille et des établissements de Boulogne-sur-Mer, Montreuil-sur-Mer et Amiens, a détaillé lors d’une visioconférence de presse le Dr Julien Poissy, du pôle réanimation du CHU de Lille. 

Pour jeudi et vendredi, l’hôpital de Roubaix a pour sa part indiqué avoir transféré une vingtaine de patients vers d’autres établissements, pour se donner “le temps de créer un nouveau volant de lits de médecine Covid à l’approche du week-end”. 

Alors que le plan blanc a été déclenché jeudi pour l’ensemble de la métropole lilloise, la situation est particulièrement critique à Roubaix et Tourcoing, deux villes à forts taux de pauvreté et densité de population. 

“Ces deux hôpitaux font face depuis une dizaine de jours à un afflux très important de patients” a souligné ce vendredi le directeur général du CHU de Lille, Frédéric Boiron, précisant que son établissement étudiait la possibilité d’accueillir directement des patients de ce territoire où la situation est “compliquée”.


Première apparition