mercredi , 30 septembre 2020
Accueil » Actualité » en Espagne, les parents rechignent à scolariser leurs enfants

en Espagne, les parents rechignent à scolariser leurs enfants


Publié le :

Alors que l’Espagne connaît une explosion des cas de Covid 19, de nombreux parents rechignent, voire refusent, de renvoyer leurs enfants à l’école. Et ce, malgré les menaces de sanctions brandies par les autorités. 

« Pour apprendre tu as toute la vie, mais la santé, tu n’en n’a qu’une ! » Mère de deux garçons, Aroa Miranda ne cache pas son agacement face à la gestion de la crise sanitaire et de la rentrée scolaire en Espagne, où l’épidémie de Covid-19 est à nouveau virulente. Comme de nombreux parents, elle a décidé qu’elle ne remettrait pas ses enfants à l’école. 

« Ils sont en train de faire une expérience pour voir ce qu’il va se passer, comme avec des cochons d’Inde », s’indigne cette femme de 37 ans qui vit à Castellon de la Plana, dans l’est du pays. « Pour mon fils de 8 ans, j’essaierai d’inventer des excuses, dire qu’il est malade », explique Aroa alors que la scolarité est obligatoire dans le pays de 6 à 16 ans. Quant à son fils de 3 ans, elle n’a pas hésité à le désinscrire de l’école.

Selon elle, le masque obligatoire à l’école dès 6 ans, à tout moment, et les mesures de distanciation, ne suffiront pas. « Si je n’ai pas le droit de réunir plus de dix personnes chez moi, je ne comprends pas pourquoi mon fils devrait être avec 25 enfants dans une classe », s’étonne-t-elle.

« Pas de risque zéro »

Depuis plusieurs semaines, manifestations et pétitions de parents se multiplient en Espagne pour demander plus de garanties sanitaires dans les écoles. D’après une enquête internationale de l’institut Ipsos publiée fin juillet, l’opinion espagnole est à contre-courant de ses voisins européens. Une majorité de sondés en Espagne est en faveur d’une diminution du nombre de jours de cours présentiels, et un quart préférerait attendre « entre 4 et 6 mois » avant de renvoyer les enfants à l’école. 

Face à l’inquiétude, les autorités oscillent entre messages rassurants et menaces de sanctions. « Les écoles sont bien plus sûres que les autres endroits même s’il n’y a pas de risque zéro dans une épidémie », a ainsi insisté mardi le chef du gouvernement, Pedro Sanchez, « mais il y a un risque que nous devons éviter : l’exclusion sociale ».

« Les enfants ne peuvent pas vivre dans des bulles », a plaidé l’épidémiologiste en chef du ministère de la Santé, Fernando Simon. « Ils peuvent aussi bien attraper (le virus) au parc, ou quand ils vont voir leurs cousins ou par leur père qui s’est contaminé au travail ».

Dans un pays où près d’un quart de la population vit sous le même toit qu’un proche de plus de 65 ans, selon le sondage d’un institut public de 2018, de nombreux parents craignent d’exposer leurs aînés. 

Le spectre des sanctions 

Au chômage, Aroa craint aussi les conséquences économiques d’une contamination d’un de ses enfants. « Si on doit se confiner à la maison 15 jours à cause de l’école, mon mari ne percevra rien », explique-t-elle. En réponse, le ministre de la Sécurité sociale, José Luis Escriva, a évoqué vendredi la possibilité d’indemniser les parents d’enfants en quarantaine préventive dont le test est négatif.

Le spectre des sanctions plane aussi sur les familles réfractaires. Le responsable de l’éducation de la région de Madrid a ainsi mis en garde fin août contre une possible peine de « un à trois ans de prison ». La ministre de l’Éducation, Isabel Celaa, a pour sa part commandé un rapport sur la question sans écarter de possibles sanctions. « L’éducation est un droit de l’élève, et non des parents » et « c’est une obligation des pouvoirs publics de faire respecter ce droit », a-t-elle averti dans le quotidien El Pais.

« Qu’ils me mettent une amende, pour moi le plus important, ce sont mes enfants », rétorque Aroa.

Avec AFP


Retrouvez cet article sur : AFP