lundi , 21 septembre 2020
Accueil » Actualité » Encore sous le choc de l’explosion, le Liban se reconfine après une hausse des contaminations de Covid-19

Encore sous le choc de l’explosion, le Liban se reconfine après une hausse des contaminations de Covid-19


Un nouveau record de cas a été enregistré ces dernières 24 heures (628 dont trois décès) au Liban, ce qui porte le bilan total officiel à 11.580 cas dont 116 décès.

Les Libanais, encore sous le choc de la déflagration dévastatrice du 4 août à Beyrouth, se sont reconfiné vendredi après un pic de cas de la maladie de Covid-19.

Au confinement pendant 17 jours s’ajoute un couvre-feu nocturne. Un nouveau record de cas a été enregistré ces dernières 24 heures (628 dont trois décès) au Liban, ce qui porte le bilan total officiel à 11.580 cas dont 116 décès.

Au premier jour, le confinement a été partiellement respecté selon les régions libanaises, a indiqué l’Agence nationale d’information. Mais au début du couvre-feu, les rues sont devenues quasi désertes.

Un premier confinement d’un mois a été imposé en mars, avant d’être progressivement levé, mais l’aéroport de Beyrouth n’a rouvert que le 1er juillet avec une activité réduite. Un nouveau confinement fin juillet n’a duré que cinq jours en raison de l’explosion à Beyrouth, qui a fait au moins 181 morts et plus de 6000 blessés, et ravagé des quartiers entiers. L’aéroport fonctionne encore normalement.

Un « retour à la case départ »

Les autorités redoutent que le secteur de la santé ne peine à répondre à la hausse des infections, surtout que certains hôpitaux près du port ont été très endommagés

Le ministre démissionnaire de la Santé, Hamad Hassan, a déploré un « retour à la case départ » dans l’épidémie, appelant hôpitaux privés et publics à se mobiliser et révélant un accord en gestation avec la Banque mondiale pour financer la prise en charge des patients atteints du virus.

Les opérations de nettoyage et de secours dans les quartiers les plus touchés par l’explosion sont exclues des restrictions. Les magasins d’alimentation, supermarchés et autres commerces peuvent rester ouverts mais doivent observer des mesures de prévention.

La pandémie a aggravé la crise économique inédite au Liban, où plus de 50% de la population vit sous le seuil de la pauvreté.


Retrouvez cet article sur : BFM-TV