dimanche , 18 octobre 2020
Accueil » Actualité » Face à Alice Coffin, Laurent Ruquier fait son « mea culpa »

Face à Alice Coffin, Laurent Ruquier fait son « mea culpa »

ON EST PRESQUE EN DIRECT – Elle est “la femme dont tout le monde parle”, y compris Laurent Ruquier, “depuis une quinzaine de jours”. L’élue écolo et militante féministe Alice Coffin était l’une des invitées d’“On est presque en direct”, le nouveau talk-show de France 2, ce samedi 17 octobre.

Et son entretien a commencé par un “mea culpa” de l’animateur, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article. “On parle parfois en mal de vous depuis quelques semaines, et moi le premier d’ailleurs”, a d’emblée raconté Laurent Ruquier. Ce dernier a expliqué avoir évoqué lors d’une précédente émission le premier ouvrage d’Alice Coffin, Le génie lesbien, publié fin septembre, en se basant sur la critique écrite par une journaliste de Paris Match. Cette dernière qualifiait l’ouvrage de “pamphlet féministe si outrancier qu’il en dessert la cause qu’il prétend défendre”.

“Quand vous provoquez et que vous exagérez, vous le faites sciemment (…) On a l’impression qu’on avait affaire à une folle depuis quinze jours. Et non. (…) Quand on lit votre livre, on comprend bien que vous n’accusez pas tous les hommes”, a-t-il poursuivi.

L’accueil médiatique de son livre, un ”énorme souci”

Devenue en quelques semaines un des nouveaux visages du féminisme, Alice Coffin, activiste lesbienne, assume de cibler les hommes dans ses combats militants comme politiques, quitte à cliver.

Elle a fait une entrée remarquée en politique en réclamant en juillet, lors d’une séance particulièrement houleuse au conseil de Paris, le départ du maire-adjoint à la Culture de Paris, Christophe Girard, critiqué pour ses liens avec l’écrivain Gabriel Matzneff, mis en cause pour viols sur mineurs.

Accusée d’être excessive, soutenue par son groupe écologiste mais blacklistée par la majorité parisienne… Alice Coffin divise et subit insultes et menaces sur les réseaux sociaux, ce qui lui a valu d’être sous protection policière en août.

Plusieurs phrases de son livre ont été largement reprises et commentées, comme celle-ci: “Il ne suffit pas de nous (nous les femmes, ndlr) entraider, il faut, à notre tour, les éliminer”. Ou encore celle-là: “Les hommes, je ne regarde plus leurs films, je n’écoute plus leur musique”.

Un accueil médiatique qu’Alice Coffin considère être “un énorme souci”. “C’est terrible parce que pour une fois qu’une grande maison d’édition accepte de publier un livre qui parle de l’histoire des lesbiennes, qu’est-ce qui se passe? Toutes ces parties-là sont complètement invisibilisées, et on se concentre sur ce qui concerne les hommes, parce qu’il faut encore parler d’eux, et on le fait de manière complètement déformée, tronquée”, a-t-elle dénoncé.

Retrouvez l’intégralité de l’entretien entre Laurent Ruquier et Alice Coffin ci-dessous:


Première apparition