vendredi , 25 septembre 2020
Accueil » Actualité » Jospin et Mélenchon s’échangent des mots doux sur fond de rassemblement de la gauche

Jospin et Mélenchon s’échangent des mots doux sur fond de rassemblement de la gauche

AFP

Jospin et Mélenchon s’échangent des mots doux sur fond de rassemblement de la gauche

POLITIQUE – Il plane sur cette rentrée politique. L’ancien Premier ministre Lionel Jospin écume les médias depuis quelques jours pour la parution de son livre Un temps troublé. L’occasion pour celui qui s’est astreint à plusieurs années de silence, lorsqu’il était au conseil constitutionnel, de livrer ses analyses sur François Hollande, l’union de la gauche, l’écologie, Emmanuel Macron ou Jean-Luc Mélenchon.

Et si le socialiste de 83 ans n’épargne pas les deux derniers locataires de l’Élysée, il se montre plutôt positif à l’égard du chef de file des Insoumis, qui était jadis son ministre délégué à l’Enseignement professionnel entre 2000 et 2002.

“Il a su conquérir ce qu’il désirait: être reconnu, hors des bornes du Parti socialiste”, explique Lionel Jospin à l’Obs, en louant “le talent”, les “intuitions politiques” et “le sens du verbe” de Jean-Luc Mélenchon. La France insoumise? “Un mouvement qui compte” et que l’ancien Premier ministre regarde “avec sympathie et sans effroi.”

Sur France Inter ce jeudi 3 septembre, Lionel Jospin reconnaît à nouveau le “talent” de son ancien ministre en estimant cependant qu’il devrait mettre “la force qu’il veut incarner au service de la responsabilité” tout en dessinant un “conflit entre son intelligence et son tempérament.”

Des commentaires bien reçus par le député des Bouches-du-Rhône, qui n’a jamais entretenu de forte inimitié à l’égard de la figure socialiste. “Fin penseur politique, Lionel Jospin appelle chacun à sa responsabilité. Je lis son livre. J’accepte ses questions. Je le regarde”, écrit-il, en ajoutant ces mots, en référence à la désillusion de 2002: “je vois la grande histoire que les Français ont manquée.”

L’ancien Premier ministre avait alors échoué, contre toute attente, à se qualifier au second tour de l’élection présidentielle laissant Jean-Marie Le Pen et le Front national y accéder pour la première fois de son histoire. Une histoire de 200.000 voix que Jean-Luc Mélenchon connaîtra peu ou proue quinze ans plus tard. 




Première apparition