samedi , 4 avril 2020
Accueil » Actualité » La fille de Spielberg, Mikaela, veut produire ses propres contenus porno

La fille de Spielberg, Mikaela, veut produire ses propres contenus porno

Capture d’écran The Sun

Mikaela George, fille adoptive de Steven Spielberg, a présenté ses nouveaux choix de carrière à une publication people américaine, et est revenue sur des problèmes mentaux rencontrés dans sa jeunesses.

PEOPLE – “Je veux produire du contenu érotique. Des photos, des vidéos pour des clients privés, ou même pour le public.” Mercredi 19 février, la fille adoptive de Steven Spielberg Mikael George, 23 ans, a fait une annonce inattendue à la version américaine du tabloïd The Sun

Se présentant comme “une créature sexuelle”, la jeune femme explique dans un entretien avoir déjà commencé à produire des vidéos où elle se met en scène seule et qu’elle compte continuer dans cette voie. Elle exprime notamment le désir de devenir strip-teaseuse dans une boite de nuit, une fois qu’elle aura obtenu une licence de travailleuse du sexe à Nashville, dans le Tennessee, où elle vit. 

Fille du réalisateur et de l’actrice Kate Capshaw, notamment vue dans “Indiana Jones et le Temple maudit”, Mikaela George raconte avoir annoncé son choix de carrière à ses parents, avec qui elle a des contacts fréquents, au moyen d’un appel vidéo. Leur réaction? Ils étaient “surpris”, “pas agacés”. “Ma sécurité a toujours été la chose qui comptait le plus pour eux.” 

Un parcours compliqué, dont elle se dit aujourd’hui tirée d’affaire

Quant à ses motivations, la jeune femme détaille: “J’en ai vraiment marre de ne pas pouvoir tirer profit de mon corps. Et franchement, j’en ai marre que tout le monde essaie de me faire détester ce corps.” Et d’ajouter: “Je pense qu’en faisant cela, je pourrai satisfaire d’autres personnes, mais sans aucunement me sentir violée.” 

Un peu plus tôt, elle résumait la chose sur son compte Instagram: “C’est mon corps, ma vie, mon salaire, mon choix. Je ne dois à personne mon autonomie ou ma vertu, et surtout pas à mon nom.” 

Dans son interview, la jeune femme revient aussi sur un pan terrible de sa vie. Elle évoque des abus sexuels commis sur elle “par des gens extérieurs au cercle proche”, qui lui ont causé des troubles mentaux, comme de l’anorexie, des troubles de la personnalité et de l’alcoolisme. Une période sombre dont elle explique s’être tirée grâce à des professionnels de la santé mentale et la rencontre de son petit ami, un certain Chuck. Un homme toujours à son côté et qui soutient totalement ses projets de vie, termine-t-elle. 




Première apparition