samedi , 19 octobre 2019
Accueil » Actualité » La grève RATP très suivie, le point sur les perturbations

La grève RATP très suivie, le point sur les perturbations

Christian Hartmann / Reuters

Des passagers attendant le métro Gare du Nord vendredi 13 septembre, jour de grève à la RATP

GRÈVE RATP – Des trottoirs bondés, des flottilles de vélos et trottinettes et plus de 280 km de bouchons cumulés: la grève à la RATP, première offensive syndicale contre la réforme des retraites, est très suivie ce vendredi 13 septembre, avec dix lignes de métro fermées, très peu de RER et un bus sur trois en moyenne.

A la gare Saint-Lazare, Léa, 20 ans, alternante en ressources humaines, manœuvre entre son téléphone et sa carte de crédit pour s’inscrire sur une application de trottinettes en libre-service, tout en bloquant l’engin entre ses jambes. Elle vit à Rouen et doit rejoindre le XVe arrondissement à trottinette pour la première fois: “il va bien falloir que j’aille au travail”, dit-elle, inquiète.

La mobilisation est inédite depuis douze ans: le 18 octobre 2007, une grève de la RATP et de la SNCF visait déjà une réforme des régimes spéciaux de retraite, sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

“Le fonctionnement est conforme à ce que la RATP a annoncé hier”, a indiqué sur LCI le secrétaire d’État chargé des Transports Jean-Baptiste Djebbari, ajoutant “je comprends le niveau d’anxiété”.

Ce vendredi, aucun métro ne circule sur les lignes 2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 11, 12 et 13. Sur les lignes 4 et 7, 8 et 9, il y avait un métro sur trois entre 6H30 et 9h30, mais le service est désormais également arrêté. Il reprednra en soirée aux heures de pointe. Des stations seront fermées, comme Montparnasse, Opéra ou Gare de l’Est.

Les lignes 8 et 9 ne sont en outre que partiellement ouvertes.

Sur les lignes automatiques 1 et 14 du métro qui fonctionnent normalement, la saturation attendue n’est pas au rendez-vous, beaucoup d’usagers ayant pris leurs disposition pour être en télétravail pour prendre des transports alternatifs.

Dans le RER, le trafic est très fortement perturbé avec un RER A sur trois et un RER B sur cinq (avec interconnexion interrompue avec la SNCF en gare du Nord) uniquement aux heures de pointe.

Sur la partie nord du RER B (à partir de Gare du Nord), gérée par la SNCF, on compte un train sur deux dans la journée.

La RATP “présente ses excuses aux voyageurs” et assure que le trafic reprendra normalement samedi à 5H30.

Premier coup de semonce

Pour les syndicats qui ont appelé à la mobilisation, dont les trois organisations représentatives, Unsa, CGT et CFE-CGC, il s’agit du “premier coup de semonce” contre la réforme des retraites et pour le maintien du régime spécial des agents de la régie des transports parisiens.

“C’est pas une grève de privilégiés, c’est une grève de salariés qui disent +on veut avoir une retraite à un âge raisonnable et partir dans des conditions raisonnables+”, a estimé sur franceinfo le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez.

Les régimes spéciaux sont appelés à disparaître avec la mise en place du système universel de retraite par points voulu par le président Emmanuel Macron.

“Le chauffeur de bus du Havre, ou de Bordeaux ou de Metz, il a parfois le même travail que celui de la RATP dans les mêmes conditions, en tout cas avec des contraintes approchantes, et il a un régime de retraite qui n’a rien à voir”, avait lancé jeudi le Premier ministre Édouard Philippe sur TF1.

“Je suggère à Monsieur Édouard Philippe qui connait bien Le Havre d’avoir de meilleures conditions pour les chauffeurs de bus parce que la pénibilité au travail, c’est la même. Au lieu de baisser les droits de ceux qui en ont, augmentons les droits de ceux qui n’en ont pas”, a rétorqué Philippe Martinez.

Pour FO Transports et Logistique, la remise en cause du statut “aurait pour conséquence une baisse de 30%” des pensions des salariés de la RATP. 

D’autres catégories et syndicats vont défiler tout au long du mois de septembre: avocats, médecins, ou encore hôtesses et pilotes lundi prochain, personnels d’EDF jeudi, avant une mobilisation nationale de FO le 21 et de la CGT le 24 septembre.

 A voir également sur Le 4Suisse:




Première apparition