vendredi , 9 octobre 2020
Accueil » Actualité » L’ancienne mannequin Amy Dorris accuse Donald Trump d’agression sexuelle

L’ancienne mannequin Amy Dorris accuse Donald Trump d’agression sexuelle


Les avocats du président américain ont rejeté en bloc les accusations d’agression sexuelle portées par l’ancienne mannequin Amy Dorris. Cette dernière affirme qu’il l’aurait embrassée de force en 1997.

Donald Trump dans la tourmente: une ancienne mannequin et actrice l’a accusé jeudi de l’avoir agressée sexuellement il y a 23 ans. Dans un entretien accordé au Guardian, Amy Dorris raconte comment l’actuel président des Etats-Unis l’aurait acostée et embrassée de force le 5 septembre 1997, en marge de l’US Open.

« Il a fourré sa langue dans ma gorge »

En week-end à New York, la jeune femme, alors âgée de 24 ans, assistait ce jour-là au tournoi de tennis dans la loge VIP de Donald Trump en compagnie de ce dernier de son compagnon de l’époque, Jason Binn, un ami proche de l’actuel président américain, ainsi que de plusieurs autres personnes. Amy Dorris raconte s’être rendue aux sanitaires et avoir trouvé Donald Trump en train de l’attendre à la sortie. « Au départ, je pensais qu’il attendait pour aller aux toilettes », explique-t-elle, « mais ce n’était pas le cas, malheureusement ».

« Il a tout simplement fourré sa langue dans ma gorge et je l’ai repoussé », témoigne-t-elle dans le Guardian, « c’est alors que son étreinte s’est resserrée, ses mains étaient baladeuses et me touchaient partout, sur mes fesses, ma poitrine, mon dos, partout. »

Elle serait ensuite parvenue à le repousser mais explique avoir été « choquée » par l’événement. « Je me suis sentie agressée, évidemment. Mais je n’arrivais pas à le réaliser, alors j’ai juste essayé de recommencer à parler à tout le monde et de passer un bon moment », raconte-t-elle. La jeune femme déclare avoir averti plusieurs personnes, dont sa mère ainsi qu’un ami vivant à New York à la suite de l’incident supposé.

Des accusations confirmées par certains proches

Contactés par le Guardian, ils ont tous deux corroboré les déclarations d’Amy Dorris. D’autres personnes que l’ancienne mannequin avait mis au courant des faits au moment où ils se sont déroulés ont également confirmé ses dires. Tous ont déclaré qu’elle avait partagé avec eux des détails concernant l’incident présumé qui correspondent au témoignage qu’elle a livré dans le quotidien britannique.

Amy Dorris a également fourni au journal des preuves matérielles (dont son ticket pour assister à l’US Open ainsi que six photos) qui attestent qu’elle a bien côtoyé Donald Trump à l’époque ou aurait eu lieu l’agression déclarée.

D’autres témoins, dont l’ex-compagnon d’Amy Dorris, qui les ont fréquentés dans les jours qui ont suivi l’événement, n’ont en revanche pas répondu aux sollicitations du Guardian.

Donald Trump nie les accusations

Les avocats de Donald Trump ont rejeté avec ferveur les accusations d’agression sexuelle portées par l’ancienne mannequin, arguant que tout comportement inapproprié de la part du président des Etats-Unis lors de l’US Open de 1997 aurait pu être remarqué par les nombreux témoins présents lors du tournoi.

Ils suggèrent par ailleurs que ces accusations, dévoilées à quelques semaines du premier tour de l’élection présidentielle américaine, pourraient être motivées par des raisons politiques. Le Guardian a cependant précisé avoir recueilli le témoignage d’Amy Dorris il y a 15 mois et avoir attendu que celle-ci se sente prête à le partager avant de le publier.

Cette nouvelle accusation vient s’ajouter aux histoires de plus d’une dizaine de femmes qui racontent avoir été agressées et harcelées sexuellement par Donald Trump.

Le président américain est par ailleurs connu pour ses sorties sexistes. Lors de sa campagne pour l’élection de 2016, une vidéo de 2005 avait été publiée dans laquelle on l’entendait se vanter de pouvoir « attrapper les femmes par le sexe ».

Maëllyss Hedin Journaliste BFMTV


Retrouvez cet article sur : BFM-TV