lundi , 21 septembre 2020
Accueil » Actualité » Le puissant discours de la famille de Jacob Blake, criblé de balles par la police

Le puissant discours de la famille de Jacob Blake, criblé de balles par la police

ÉTATS-UNIS – “Mon fils se bat pour sa vie”. Julia Jackson, la mère de Jacob Blake qui a été grièvement blessé par des tirs policiers américains  et probablement paralysé à vie, a appelé au calme ce mardi 25 août en rappelant que son enfant était dans un état grave, toujours au bloc opératoire. 

Alors que les autorités redoutant de nouvelles manifestations tendues à travers les États-Unis, mère de la victime, très émue, a déclaré lors d’une conférence de presse que “si Jacob savait ce qu’il se passait, la violence et la destruction, il serait très mécontent (…) Nous avons besoin de guérir”.

″Vous pouvez évidemment voir que j’ai une belle peau noire. Maintenant, regardez votre main, et, quelle qu’en soit la couleur, elle est tout aussi belle. Nous sommes humains. Dieu n’a pas créé une seule sorte d’arbre, de fleur ou de poisson (…). Comme osez-vous lui demander de créer une seule sorte d’homme qui vous ressemble uniquement? Je parle à tout le monde. Blancs, noirs, Chinois, Japonais, latinos… Personne n’est supérieur à l’autre”, a continué Julia Jackson (vidéo ci-dessous). “Utilisons notre coeur, notre intelligence et notre amour pour avancer ensemble”.

 Comme pour George Floyd, un quadragénaire noir mort asphyxié sous le genou d’un policier blanc il y a trois mois, la tentative d’interpellation de Jacob Blake a été filmée par un témoin dimanche à Kenosha, dans l’État du Wisconsin.

Les images montrent le jeune afro-américain suivi par deux policiers ayant dégainé leurs armes alors qu’il contourne une voiture. Un agent attrape son débardeur blanc au moment où il ouvre la portière et tente de s’installer sur le siège conducteur. Le policier fait alors feu ―l’enregistrement laisse entendre sept tirs―, atteignant ce père de famille de plusieurs balles dans le dos.

“Je ne veux pas de votre pitié”

D’autres membres de la famille de la victime ont tenu à s’exprimer durant cette conférence dont sa sœur. “Je ne suis pas triste. Je ne suis pas désolée. Je suis en colère et fatiguée. Je n’ai pas pleuré une seule fois. Ça fait des années que j’ai arrêté de pleurer. Je ne ressens plus rien, cela fait des années que je vois la police assassiner des gens qui me ressemblent”, a-t-elle déclaré à la presse. 

 “J’étudie l’histoire des Afro-Américains aussi. Donc je suis non seulement témoin de ça depuis mes 30 années sur Terre, mais je vois aussi que cela se passe comme ça depuis des années avant ma naissance. Je ne suis pas triste.  Je ne veux pas de votre pitié, je veux que cela change”, a-t-elle demandé, comme vous pouvez le voir ci-dessous. 

Jacob Blake Senior, le père du jeune homme, a lui aussi pris la parole pour dénoncer les actes “insensés” de la police qui a “tiré sur mon fils sept fois, comme s’il ne valait rien”. “La vie de mon fils vaut quelque chose, c’est un être humain et ça vie compte”. 

 “Le diagnostic médical pour le moment est qu’il est paralysé”, a affirmé l’avocat de la famille de Blake, Ben Crump.  Il a subi de “graves dommages corporels, dont une section de la moelle épinière”, ses reins et son foie ont été endommagés et ses blessures ont nécessité “l’ablation d’une partie de l’intestin”, a précisé l’avocat Patrick Salvi, lui aussi sur le dossier.   

La famille de Jacob Blake va porter plainte au civil, a-t-il annoncé. Les avocats ont par ailleurs annoncé qu’ils se rendraient à Washington vendredi pour rejoindre une vaste marche contre les violences policières organisée le jour de l’anniversaire du célèbre discours de Martin Luther King “I have a dream”.

Les deux policiers impliqués ont été suspendus de leurs fonctions et une enquête a été ouverte.

Le président Donald Trump ne s’est pas encore exprimé sur le sujet. Joe Biden, son opposant démocrate à la présidentielle de novembre, a quant à lui assuré que le racisme était “une crise de santé publique” et exigé une enquête fouillée et transparente.




Première apparition