samedi , 12 décembre 2020
Accueil » Actualité » L’emoji « drapeau breton » recalé par Unicode malgré son succès

L’emoji « drapeau breton » recalé par Unicode malgré son succès

EMOJI – L’emoji “drapeau breton”, qui avait généré plus de 405.000 mentions en un mois lors de son lancement sur Twitter début 2020, n’a pas été validé par le consortium Unicode, chargé de créer les nouveaux emojis, a annoncé ce mardi 1er décembre l’association “www.bzh”. 

Déjà présent dans les concerts, les festivals et les événements du monde entier, le célèbre “Gwenn ha du”, drapeau noir et blanc des Bretons, avait été lancé en janvier sous forme d’emoji, ces pictogrammes largement utilisés sur les réseaux sociaux, à l’initiative de l’association “www.bzh”.

L’opération, destinée à permettre au drapeau blanc et noir de rejoindre définitivement la liste des emojis, était soutenue par la Région Bretagne et plusieurs villes bretonnes. Mais le consortium Unicode, qui supervise la création de ces pictogrammes en association avec les géants du net, en a décidé autrement.

L’impossibilité d’intégrer les 5000 drapeaux

Accolé au mot dièse #EmojiBZH, le “Gwenn ha du” s’était pourtant classé en première et troisième places des tendances Twitter France pour sa première journée de campagne, se retrouvant même brièvement en 6e position des tendances mondiales du réseau avec 30.000 tweets et de nombreuses réactions humoristiques.

“On a prouvé qu’il y avait une très très forte demande des Bretons et on ne lâche pas l’affaire. Ces chiffres plutôt exceptionnels ont montré que l’utilisation potentielle de cet emoji est forte et c’est justement l’un des critères majeurs de sélection”, a réagi auprès de l’AFP Loïz Fily, chef du projet #EmojiBZH. Selon lui, Unicode a notamment évoqué la “difficulté à intégrer sur smartphone les 5.000 emojis drapeaux qui peuvent potentiellement être activés dans le monde, et à mesurer leur utilisation potentielle”. 

“Cette décision soulève des questions quant à l’attribution des emojis et la diversité culturelle”, s’est étonnée dans un communiqué l’association “www.bzh”, qui a interpelé Unicode à travers le hashtag ”#WhatMoreDoYouNeed”.

Loïz Fily souligne qu’Unicode a “ouvert la voie aux emojis représentant une région en créant, en 2018, les premiers emojis drapeaux anglais, gallois et écossais…”.


Première apparition