mardi , 18 février 2020
Accueil » Actualité » L’équipe de foot du Chili refuse de jouer un match « par respect » pour la crise sociale en cours

L’équipe de foot du Chili refuse de jouer un match « par respect » pour la crise sociale en cours

Darren Staples / Reuters

L’équipe de foot du Chili, ici en Russie en 2017, a refusé de jouer un match contre le Pérou alors que le pays est confornté à une crise sociale sans précedent.  

SPORT – Les joueurs de la sélection chilienne ont décidé de ne pas disputer le match amical prévu le 19 novembre à Lima face à l’équipe du Pérou en raison de la crise sociale qui secoue leur pays, a annoncé ce mercredi 13 novembre la fédération (ANFP).

“La décision a été adoptée par le groupe après une réunion tenue dans la matinée”, a indiqué la fédération chilienne dans un communiqué.

 

 

Cette décision intervient alors que quelques joueurs, dont certains évoluent à l’étranger, avaient fait part de leurs doutes sur l’opportunité de disputer le match alors que le Chili traverse une crise sans précédent depuis près d’un mois.

“Il y a une situation difficile et je pense qu’on ne devrait pas jouer par respect pour ce qui se passe dans le pays”, avait déclaré mardi Charles Aranguiz, milieu de terrain du club allemand Bayern Leverkusen.

L’entraîneur de l’équipe chilienne, le Colombien Reinaldo Rueda, a immédiatement libéré les joueurs pour qu’ils retournent dans leurs clubs.

“La Fédération de football du Chili a communiqué l’information à son homologue péruvienne”, a ajouté le communiqué de l’ANFP.

Les joueurs chiliens solidaires des revendications

Plusieurs joueurs de l’équipe chilienne ont manifesté leur soutien aux demandes de réformes sociales portées depuis le 18 octobre par les manifestants, dans la pire crise sociale vécue par le pays depuis le retour de la démocratie en 1990.

“Je suis avec le peuple, il s’est levé et il demande la justice, il faut donc le soutenir au maximum”, avait déclaré Arturo Vidal, le milieu de terrain du FC Barcelone, à son arrivée à Santiago. “Nous soutenons les manifestations, mais sans violence et sans blessures, tant du côté des manifestants que des forces de l’ordre. Le Chili a besoin de la paix, mais ils n’oublient pas non plus les revendications à l’origine de ce mouvement”, a écrit le footballeur dans une légende Instagram après l’annonce de la Fédération. 

La crise sociale chilienne a également contraint au déplacement à Lima de la finale de la Copa Libertardores 2019 qui devait avoir lieu à Santiago le 23 novembre entre le club argentin River Plate, tenant du titre, et le club brésilien Flamengo.

La semaine dernière, la fédération chilienne avait également annulé un autre match amical contre la Bolivie prévu le 15 novembre.




Première apparition