lundi , 28 septembre 2020
Accueil » Actualité » Les Suisses de l’étranger ont nettement rejeté l’initiative sur l’immigration

Les Suisses de l’étranger ont nettement rejeté l’initiative sur l’immigration


Les Suisses de l’étranger ont très massivement rejeté l’initiative de limitation de l’UDC. Keystone / Anthony Anex

Comme souvent, le comportement de vote des expatriés s’est distingué de celui de l’ensemble des citoyens suisses lors de la votation de dimanche. Le «non» des Suisses de l’étranger à l’initiative de limitation a été plus franc et le soutien au congé paternité bien plus massif.

Ce contenu a été publié le 28 septembre 2020 – 15:40

Le rejet de l’initiative de limitation par les électeurs suisses a été clair dimanche. Plus de 61% des votants ont refusé d’abolir la libre circulation des personnes avec l’Union européenne, comme le demandait l’Union démocratique du centre (UDC, droite conservatrice).

Le refus des Suisses de l’étranger a été plus net encore. C’est ce qui ressort d’un sondage mené par l’institut gfs.bern pour le compte de la Société suisse de radiodiffusion (SSR), dont fait partie swissinfo.ch. Selon cette enquête, près de 7 expatriés sur 10 se sont opposés à l’abolition de la libre-circulation. «Porter un regard sur la Suisse depuis l’étranger conduit à être plus critique envers l’initiative», résume l’institut de sondage.

Ce résultat global s’est vérifié dans tous les cantons pour lesquels des statistiques relatives au vote des Suisses de l’étranger existent. Et le décalage avec le résultat général du canton est parfois très conséquent. C’est le cas par exemple en Appenzell Rhodes-Intérieures, où l’initiative de l’UDC a été approuvée par plus de 54% des votants, mais où les expatriés ont dit non à 80%.

L’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE), porte-voix de la diaspora suisse, a accueilli ces résultats avec satisfaction et soulagement. «Il était capital pour les Suisses de l’étranger, et plus particulièrement pour les 460’000 concitoyens établis dans un pays de l’Union européenne et leurs proches, que la voie bilatérale soit maintenue», s’est félicitée la directrice de l’OSE Ariane Rustichelli dans un communiqué.

Les Suisses n’ont pas voulu perdre les bilatérales

Parmi les autres enseignements du sondage, on retiendra que l’UDC a été fortement suivie par son électorat, mais n’a quasiment pas réussi à convaincre du bien-fondé de son texte au-delà de ses rangs.

Il ressort surtout de l’enquête que les Suisses n’ont pas voulu risquer l’accès à leur marché le plus important en temps de crise économique. «L’initiative a échoué principalement en raison de la crainte que son succès ne signifie également la fin des négociations bilatérales», indique le rapport.

Le rejet se fonde aussi sur une expérience positive, selon le sondage. Une majorité de 61% des électeurs considère les accords bilatéraux avec l’UE comme essentiellement positifs, et seule une minorité a un point de vue essentiellement critique.

Cependant, la discussion sur un accord-cadre est loin d’être conclue. Bien qu’il y ait visiblement plus de partisans à un accord-cadre que d’opposants, aucun camp n’a la majorité absolue. Environ une personne sur cinq dit ne pas être en mesure de se faire une opinion à l’heure actuelle.

End of insertion

«Les Suisses de l’étranger votent en général de manière plus ouverte»

End of insertion

Pour Thomas Milic, politologue à l’Université de Zurich, un tel écart de vote n’est pas une surprise sur un objet de cette nature. «En politique européenne, les Suisses de l’étranger votent en général de manière plus ouverte», nous a-t-il expliqué.

Pour ce spécialiste du profil politique de la diaspora helvétique, le phénomène s’explique certainement par le fait qu’une grande partie des expatriés suisses vivent dans les pays européens voisins et tirent donc eux-mêmes avantage de la libre circulation.

Parce qu’ils sont eux-mêmes immigrés, les Suisses de l’étranger ont tendance à voir l’immigration d’un meilleur œil que leurs compatriotes de l’intérieur. Ils avaient d’ailleurs massivement rejeté l’initiative de l’UDC «contre l’immigration de masse» en 2014.

À cela s’ajoutent des facteurs liés à la typologie de la diaspora. «Beaucoup de Suisses vivent à l’étranger pour des raisons économiques», ce qui signifie qu’ils sont «en général favorables à un système économique libéral et votent également de manière plus ouverte sur les sujets de société que les Suisses dans leur ensemble» -même s’il y a bien sûr des exceptions, analysait encore Thomas Milic dans un précédent entretien à swissinfo.ch.

Un vaste écart entre les Suisses de l’étranger et leurs compatriotes restés au pays transparait aussi sur le congé paternité. Les expatriés ont littéralement plébiscité la réforme de l’allocation perte de gain, avec plus de 75% de «oui» dans quasiment tous les cantons analysés, alors que la réforme a été approuvée par 60% des votants au niveau national.

Là encore, le politologue Thomas Milic juge ce résultat cohérent. «Les Suisses de l’étranger tendent à voter plus à gauche et de manière plus verte que le reste de la Suisse», a-t-il relevé. Il estime que l’adhésion des Suisses de l’étranger est probablement avant tout idéologique, mais peut-être aussi motivée par le fait qu’ils en bénéficient dans leur pays de résidence, et/ou aimeraient y avoir droit si d’aventure ils revenaient au pays.

Même si les écarts sont moins significatifs, une majorité d’expatriés ont en revanche dit «oui» aux déductions fiscales des frais de garde et à la loi sur la chasse alors que ces deux objets, qui étaient combattus par la gauche, n’ont finalement pas passé la rampe.

Thomas Milic y voit l’expression d’une autre tendance des expatriés à plutôt suivre les recommandations de vote du gouvernement. Les campagnes d’affichage les atteignent par définition moins, et leur source d’information prépondérante au moment de voter reste la brochure du Conseil fédéral, a-t-il pointé.

C’est finalement sur la question du renouvellement de la flotte d’avions de combat que la différence entre Suisses de l’étranger et Suisses de l’intérieur est la moins nette. À peine plus de 51% des Suisses de l’étranger s’y sont opposés. Les votants résidant en Suisse ont quant à eux soutenu le crédit, mais à un tout petit 50,1%.


Retrouvez cet article sur : SwissInfo