lundi , 28 septembre 2020
Accueil » Actualité » les universités sont-elles les “maisons de retraite” de la deuxième vague ?

les universités sont-elles les “maisons de retraite” de la deuxième vague ?


La diffusion rapide du Covid-19 au sein de la communauté étudiante a forcé les universités à imposer un confinement à près de 4 000 élèves. Pour la presse, cette situation illustre les manquements du système de traçage britannique, ainsi que la dépendance des universités aux frais d’inscriptions.

“En mars, la nation était unie, prête à affronter le confinement. En septembre, le fossé entre les générations se creuse”, déplore The Herald, en Écosse. Selon le journal de Glasgow, les jeunes sont devenus “des boucs émissaires”, dans un contexte de rebond des infections au coronavirus partout au Royaume-Uni (5 693 cas supplémentaires le 27 septembre).

Au moment de la limitation des rassemblements à six personnes, décrétée mi-septembre, la génération Z était déjà dans le collimateur de l’exécutif. “Ce serait dommage que votre mamie meure parce que vous lui avez refilé le Covid”, avait alors lancé le ministre de la Santé Matt Hancock à la radio. Et depuis quelques jours, les regards se tournent vers les campus.

En Écosse, et dans le reste du Royaume-Uni, les confinements se multiplient au sein des résidences universitaires, alors que les premiers cours débutent à peine. Près de 500 cas ont ainsi été identifiés dans 32 établissements, de Manchester à Glasgow en passant par Aberdeen. Résultat, près de 4 000 jeunes ont reçu comme consigne de rester à l’isolement pour une durée de 14 jours.

[…]




Retrouvez cet article sur : CourrierInternational