mercredi , 23 septembre 2020
Accueil » Actualité » L’opposant russe Alexeï Navalny sorti du coma artificiel

L’opposant russe Alexeï Navalny sorti du coma artificiel

Publié le : Modifié le :

Hospitalisé depuis deux semaines en Allemagne, l’opposant russe Alexeï Navalny va mieux et a été sorti du coma artificiel, a annoncé, lundi, l’hôpital de la Charité à Berlin.

Victime d’un empoisonnement en Russie selon Berlin, l’opposant au Kremlin Alexeï Navalny a été sorti du coma artificiel et réagit à la parole, a annoncé, lundi 7 septembre, l’hôpital berlinois de la Charité.

Son « état de santé […] s’est amélioré », a souligné l’hôpital, l’un des plus réputés en Europe, tout en réaffirmant que des séquelles à long terme « de ce lourd empoisonnement » à un neurotoxique de type Novitchok n’étaient « pas à exclure ».

>> À voir : Empoisonnement d’Alexeï Navalny : nouveau bras de fer entre Moscou et l’Occident ?

Principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, 44 ans,  a été « sans équivoque » empoisonné en Russie, lors d’une tournée électorale, par un agent neurotoxique de type Novitchok, une substance conçue à l’époque soviétique à des fins militaires.

L’opposant russe Alexeï Navalny sorti du coma artificiel

Ultimatum de Berlin à Moscou

Berlin et les autres pays occidentaux pointent du doigt les autorités russes et les exhortent à fournir des explications. Le bras de fer s’est durci, dimanche, l’Allemagne fixant un ultimatum de quelques jours à Moscou pour « clarifier ce qui s’est passé ».

L’ambassadeur de Russie au Royaume-Uni a par ailleurs été convoqué, lundi, au ministère britannique des Affaires étrangères, pour s’expliquer sur cet empoisonnement, a annoncé le chef de la diplomatie Dominic Raab.

>> À lire : Empoisonnement d’Alexeï Navalny : le dilemme de Merkel face à Poutine

Les autorités britanniques avaient été confrontées en 2018 à une attaque au Novitchok contre un ex-agent double russe, Sergueï Skripal, et sa fille Ioulia, dont elles avaient accusé Moscou.

Le Kremlin a de son côté dénoncé, lundi, les tentatives « absurdes » d’accuser la Russie. « Toute tentative d’associer la Russie de quelque manière que ce soit à ce qui s’est passé est inacceptable à nos yeux », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Le gazoduc Nord Stream 2 en danger ?

Dans ce contexte, les appels à sanctionner la Russie se multiplient en Occident. Et désormais des conséquences pour le projet de gazoduc Nord Stream 2 ne sont pas exclues.

Les Russes assurent de leur côté que Nord Stream 2 n’est pas menacé. « Ce projet sera réalisé. Il y a certaines difficultés mais néanmoins, il continue », a déclaré le ministre russe de l’Énergie Alexandre Novak, cité par les agences russes.

Censé approvisionner l’Allemagne et l’Europe en gaz russe, ce projet phare entre la Russie et l’Europe a jusqu’ici été très cher à l’Allemagne, eu égard aux intérêts économiques et énergétiques majeurs en jeu : plus d’une centaine d’entreprises européennes, allemandes pour la moitié, y sont associées.

Lundi, le président américain Donald Trump a réitéré lors d’une conférence de presse que les États-Unis était « en faveur » de l’abandon, et qu’il avait été « le premier à émettre l’idée ».

Alexeï Navalny, connu pour ses enquêtes anti-corruption visant l’élite politique russe, s’est trouvé mal le 20 août et a été hospitalisé en urgence à Omsk en Sibérie, avant d’être évacué vers Berlin à l’issue d’un bras de fer entre son entourage et les médecins russes.

Avec AFP


Retrouvez cet article sur : AFP