vendredi , 25 septembre 2020
Accueil » Actualité » Mario El-Khoury: «La montre connectée ‘Swiss Made’ est faite pour durer»

Mario El-Khoury: «La montre connectée ‘Swiss Made’ est faite pour durer»

Pas moins de 35 brevets ont été déposés lors de la création de la T-Touch Connect Solar. RTS

Près de cinq ans après l’Apple Watch, Tissot lance la T-Touch Connect Solar, première montre connectée labellisée Swiss Made. La riposte helvétique la plus sérieuse à la déferlante des «smartwatches» étrangères est née d’un partenariat avec le CSEM de Neuchâtel. Entretien avec son directeur, Mario El-Khoury.

Ce contenu a été publié le 30 septembre 2020 – 00:00

La sortie du premier modèle connecté de Swatch Group, no1 mondial de l’horlogerie, marque un jalon important pour la place industrielle suisse. Depuis le lancement de l’Apple Watch en 2015, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer l’attentisme et l’incapacité à se renouveler des horlogers suisses, très réfractaires à investir ce marché déjà largement dominé par les géants de l’électronique nord-américains et asiatiques.

Attendu depuis des années, le premier garde-temps connecté Swiss Made a été officiellement lancé en Suisse le 7 septembre, puis le sera progressivement sur les marchés internationaux dans les mois à venir. La marque Tissot, qui appartient au Swatch Group, espère réaliser près de 10% de ses ventes avec ce modèle, dont le prix de base est fixé à 995 francs. La T-Touch Connect Solar a nécessité plus de six ans de travail, 35 millions de francs d’investissement et le dépôt de 35 brevets.

Cette montre connectée n’aurait pas pu voir le jour sans l’appui du Centre suisse d’électronique et de microtechnique de Neuchâtel (CSEM), un institut de recherche spécialisé dans le transfert de technologies vers l’industrie qui compte plus de 500 collaborateurs.  

Une montre «Swiss Made» à presque 100%

La T-Touch Connect Solar de Tissot est la première montre connectée équipée d’un système d’exploitation conçu en Suisse, le Swiss Autonomous Low Power System (SwALPS). Toutes les pièces de la montre, hormis le bracelet, sont produites en Suisse dans des filiales de Swatch Group. Elle est compatible avec les systèmes d’exploitation mobiles iOS, Android et prochainement Harmony OS.

Par rapport à ses concurrentes connectées développées par Huawei, Samsung, Apple ou encore Tag Heuer, la T-Touch Connect Solar offre très peu de fonctionnalités. Elle se contente d’afficher les notifications dans une zone relativement petite en bas d’écran. Hors connexion, elle possède les fonctionnalités classiques d’une T-Touch Solar Expert: quantième perpétuel, compte à rebours, chronométrages, alarmes, météo et altimètre.  

End of insertion

swissinfo.ch: Que représente pour vous le lancement de la première montre connectée Swiss Made, conçue en étroite collaboration avec le CSEM?

Mario El-Khoury: J’éprouve un immense sentiment de fierté, et je crois que c’est aussi le cas de tous les collègues qui ont travaillé sur ce projet. Pas moins de 30 personnes ont été impliquées durant quatre ans au CSEM pour le développement d’un système d’exploitation taillé sur mesure et d’un cadran solaire à haut rendement énergétique. Il a ensuite fallu intégrer ces nouveautés dans le design d’une montre suisse, puis passer du prototype à la phase de production, deux défis de taille.

Encore une fois, nous avons répondu présent et nous avons rempli notre mission, qui est de transmettre à l’industrie helvétique les meilleures technologies dont elle a besoin et de maintenir ainsi les emplois industriels en Suisse. C’est d’autant plus satisfaisant que ce projet a été mené à bien dans un domaine hautement sensible pour l’industrie horlogère.

Mario El-Khoury, directeur du Centre suisse d’électronique et de microtechnique de Neuchâtel. Keystone / Peter Klaunzer

S’agit-il à vos yeux d’un tournant majeur pour l’horlogerie suisse?

Je ne m’aventurerai pas à faire des prédictions hasardeuses. Je pense en tout cas qu’il s’agit d’un tournant pour Swatch Group, qui a dû énormément s’investir dans le champ de la digitalisation. Cette montre connectée vient occuper un créneau qui est parfaitement en ligne avec l’histoire et la tradition d’innovation de l’industrie horlogère suisse.

Le lancement de la Tissot connectée intervient cinq ans après la sortie de l’Apple Watch. L’horlogerie suisse n’a-t-elle pas déjà une guerre de retard?

Bien entendu, comme beaucoup de monde, j’aurais préféré voir une montre connectée Swiss Made arriver plus tôt sur le marché. Mais il est faux de dire que nous sommes en retard puisque les caractéristiques de cette montre, en particulier son autonomie, ne ressemblent à aucune autre déjà présente sur le marché.

Nous aurions certes pu raccourcir un peu les délais de développement, mais Swatch Group n’a voulu faire aucune concession, que ce soit sur l’esthétique, la qualité ou encore l’autonomie de la montre. La Tissot T-Touch Connect n’est pas un produit qui sera démodé après deux ans d’utilisation ou dont il faudra se débarrasser parce que le micro-processeur n’arrive plus à suivre. Elle est faite pour durer.

La Tissot connectée offre pour l’heure très peu de fonctionnalités. Est-elle vraiment capable de concurrencer l’Apple Watch ou les modèles Android développés par Samsung ou Huawei?

On ne peut pas comparer des pommes et des poires. Ce n’est pas le métier des horlogers suisses de fabriquer des smartphones qui se portent au poignet ni d’écouler d’énormes volumes en faisant pression au maximum sur les coûts de production.

La Tissot T-Touch Connect est destinée aux personnes qui souhaitent porter une belle montre suisse tout en pouvant compter sur quelques services clés, comme les notifications de messages et d’appels. C’est un marché de niche mais qui est dans l’ADN des horlogers suisses.

Le système d’exploitation est par ailleurs évolutif. Il pourrait très bien gérer une multitude d’autres données (localisation, itinéraire, température, etc.) lorsque des App correspondantes seront développées par Tissot.

Pourquoi Swatch Group a-t-il fait appel à vous pour développer sa montre connectée?

Le choix était assez évident. En plus de la proximité géographique [le CSEM et Tissot sont tous les deux établis dans le canton de Neuchâtel], nous sommes leaders mondiaux à la fois dans les systèmes électroniques à basse consommation énergétique et dans la récupération d’énergie solaire par l’intermédiaire de cellules photovoltaïques à haut rendement.

L’autonomie est l’atout majeur de cette montre. C’est ce qui la différencie le plus de ses concurrentes connectées déjà présentes sur le marché. Swatch Group annonce une autonomie de six mois, mais je suis beaucoup plus optimiste: les personnes qui utilisent peu la fonction de connexion devraient pouvoir utiliser cette montre plus de cinq ans sans jamais devoir la recharger.

Les développements nécessaires à la création de cette montre connectée pourront-ils servir dans d’autres domaines industriels?

Oui, ces quatre années de collaboration avec Swatch Group nous ont permis d’accroître encore nos connaissances en ce qui concerne les objets portables qui fonctionnent avec très peu de ressources en énergie. C’est un bagage qui pourrait par exemple être très utile dans le domaine des aides auditives ou d’autres objets que l’on porte sur soi.

>>Le reportage du 19:30 de la RTS sur la nouvelle montre connectée de Tissot:


Retrouvez cet article sur : SwissInfo