lundi , 14 octobre 2019
Accueil » Actualité » Nicolas Sarkozy estime que ses « déboires conjugaux » ont été plus médiatisés que ceux de Ségolène Royal en 2007

Nicolas Sarkozy estime que ses « déboires conjugaux » ont été plus médiatisés que ceux de Ségolène Royal en 2007

POLITIQUE – Il parle aujourd’hui de cette période comme d’une “renaissance”, mais garde un goût amer du traitement que lui ont alors réservé les médias. Nicolas Sarkozy est revenu dans “C à Vous”, ce mercredi 4 septembre, sur son divorce de Cécilia Sarkozy (désormais Cécilia Attias) quelques mois après son élection à la présidence de la République en 2007.

Venu présenter son dernier ouvrage, Passions, l’ancien chef de l’État s’est souvenu de la couverture médiatique réservée à son couple, disproportionnée selon lui et surtout bien différente, toujours d’après Nicolas Sarkozy, de celle réservée à son adversaire pendant la campagne présidentielle, Ségolène Royal.

“La gauche et la droite ce n’est pas pareil en France”

Lorsqu’il est élu au soir du 6 mai 2007, Nicolas Sarkozy a déjà fait l’objet de nombreux commentaires sur sa situation conjugale que l’on dit compliquée. Deux ans auparavant, son épouse et mère de l’un de ses trois fils Cécilia Sarkozy faisait la Une de Paris Match aux côtés de l’homme d’affaires Richard Attias (aujourd’hui son mari), avec ces mots: “L’heure du choix. Avec Richard, elle a passé l’été entre New York et Paris. Le temps de la réflexion”.

″Ça a été tellement médiatisé. Ca a été tellement au cœur du débat”, se souvient Nicolas Sarkozy, aujourd’hui en retrait de la vie politique.

Il note, à ce sujet, que la socialiste Ségolène Royal, alors en couple avec François Hollande, n’a pas eu droit au même traitement médiatique, ce qu’il juge “extraordinaire”, comme vous pouvez le voir dans l’extrait en tête d’article.

Ségolène Royal et François Hollande, parents de quatre enfants, ont annoncé leur séparation au soir du second tour des législatives en juin 2007, un mois après l’élection présidentielle, après près de 30 ans de vie commune. Les médias datent le début de la relation de l’ancien chef de l’État socialiste avec la journaliste Valérie Trierweiler, dont il est désormais séparé, aux années 2004-2005.

Ségolène Royal remarquait alors, elle aussi, le poids de la couverture médiatique de son couple. Dans Les coulisses d’une défaite (2007), un livre écrit par deux journalistes de l’AFP, celle qui aujourd’hui n’exclut pas une nouvelle candidature à la présidentielle indiquait: “J’ai demandé à François Hollande de quitter le domicile, de vivre son histoire sentimentale de son côté, désormais étalée dans les livres et les journaux, et je lui ai souhaité d’être heureux.”

“Déception” puis “renaissance”

Dans un entretien accordé au Point en juin, Nicolas Sarkozy dit ne pas avoir été au courant, au moment du débat de l’entre-deux-tours en 2007, de la situation familiale de Ségolène Royal. “Pour le coup, si je l’avais su, j’aurais été plus faible, car j’aurais été ému pour elle”, a-t-il expliqué.

Sur son propre cas, l’ancien président dit toutefois ne pas vouloir “se plaindre” de sa situation d’alors. “Car un mois après mon divorce j’ai l’immense chance de rencontrer Carla (Bruni), c’est incroyable”, commente-t-il ce mercredi sur le plateau de France 5.

Au sujet de son divorce en 2007 et de son nouveau mariage, quelques mois plus tard, avec la chanteuse, Nicolas Sarkozy estime que “c’est à la fois beaucoup de déception et sans doute de peine sur le moment, mais -au fond j’ai compris Dostoïevski- c’est la renaissance”.

Et l’ancien président de poursuivre: “Au fond, dans la vie, on ne change pas mais on renaît. Et pour renaître il faut avoir le sentiment de rencontrer la petite mort affective, professionnelle, la maladie… Il y a une grâce dans des événements que vous considérez comme cataclysmiques pour vous. Si vous avez l’énergie, il y a, au bout de cela, la possibilité de renaître.”

  




Première apparition