mardi , 17 septembre 2019
Accueil » Actualité » Noël Le Graët et Roxana Maracineanu étaient côte à côte, dans la froideur, au Stade de France

Noël Le Graët et Roxana Maracineanu étaient côte à côte, dans la froideur, au Stade de France

FOOTBALL – Le timing n’était pas parfait. Noël Le Graët et Roxana Maracineanu ont passé leur journée du mardi 10 septembre à se répondre par voie de presse interposée… avant de se retrouver côte à côte le soir même dans la tribune présidentielle du Stade de France pour le match France – Andorre. 

Pendant 90 minutes dans la soirée, les deux personnalités ont assisté ensemble au match de qualifications à l’Euro-2020 France-Andorre (3-0). Et la fermeté de leurs visages, sur les images des diffuseurs de la rencontre et sur les photos des agences sur place, résumait bien la situation les opposant.

D’un côté, Noël Le Graët, grand patron du foot français, qui ne digère pas que son sport soit pointé du doigt dans son ensemble en raison du comportement de certains supporters. De l’autre, Roxana Maracineanu, ministre des Sports, qui veut jouer pleinement son rôle de “pouvoir public”, en incitant les acteurs du dossier à se réunir pour éradiquer ces comportements qui relèvent du délit.

Macron s’en mêle

Au centre: le football français, qui a vu depuis le début de la saison, plusieurs rencontres être brièvement interrompues en L1 et L2 pour faire cesser des chants homophobes lancés des tribunes ou le déploiement de banderoles injurieuses. Une fermeté réclamée et vivement saluée par Roxana Maracineanu, sa collègue chargée de la lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa, et par les associations de lutte contre l’homophobie.

La semaine passée, le patron du foot français avait déjà détonné en estimant dans Ouest-France “qu’on arrêtait trop de matches” pour des manifestations homophobes.

Mardi matin, le président de la “3F”, 77 ans, a enfoncé le clou sur France info: “L’arrêt des matches ne m’intéresse pas. C’est une erreur. J’arrêterais un match pour des cris racistes, j’arrêterais un match pour une bagarre, des incidents s’il y a un danger dans les tribunes”, a poursuivi Le Graët, assurant que le racisme dans les stades et l’homophobie en tribunes, “ce n’est pas la même chose” et appelant les clubs à “agir” via leurs services de sécurité. 

Reprise de volée rapide de Roxana Maracineanu, à la sortie des questions aux gouvernements, à l’Assemblée: “La position qu’a prise Noël Le Graët en faisant une différenciation entre homophobie et racisme est erronée”, a-t-elle estimé, dénonçant “un manque de préparation sur ce sujet”. 

Une brouille qui a fait réagir jusqu’au président de la République, cherchant une position d’équilibriste entre les deux protagonistes.

L’Équipe et Le Parisien indiquent toutefois ce mercredi 11 au matin que les deux responsables se sont parlés dans les travées du stade. La rencontre aurait duré une vingtaine de minutes et aurait permis d’aboutir à plusieurs positions communes devant être actées dans la journée par communiqué. 

Ce mercredi pourrait aussi marquer un pas en avant dans le dialogue avec les supporters. Une réunion réunissant tous les acteurs doit avoir lieu dans la journée.




Première apparition

A lire aussi: