vendredi , 25 septembre 2020
Accueil » Actualité » Rachida Dati, citée dans l’enquête Carlos Ghosn, pointe le ministère de l’Intérieur

Rachida Dati, citée dans l’enquête Carlos Ghosn, pointe le ministère de l’Intérieur

POOL/AFP/Archives

Rachida Dati à Paris, le 15 mars 2020

POLITIQUE – “Rachida Dati, très chère conseillère de Carlos Ghosn”. C’est sur ce titre que le journal Le Monde a révélé ce jeudi 10 septembre que la justice enquêtait sur une somme de 900.000 euros, soit 25.000 euros par mois, versés par la filiale néerlandaise de Renault-Nissan à partir de 2010 à l’ex-députée européenne pour une prestation de conseil auprès de Carlos Ghosn.

Outre son enquête sur des soupçons d’abus de bien sociaux visant l’ex-patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn, la justice française s’intéresse à des contrats signés par une filiale néerlandaise de Renault-Nissan et au million d’euros que Rachida Dati et le criminologue Alain Bauer ont touché chacun mais dont aucune trace n’a été retrouvée. 

Des soupçons d’emploi de complaisance auxquels Rachida Dati oppose un démenti ferme. Dans l’article du Monde, “tous les éléments qui sont écrits sont faux”, a assuré la maire du 7e arrondissement de Paris ce vendredi sur BFMTV et RMC, dénonçant des “manoeuvres” et une tentative de la “faire taire”.

“Vous n’allez pas entraver mes ambitions”

Interrogée pour savoir qui aurait pu avoir intérêt à voir cet article publié, l’ancienne députée européenne et actuelle maire LR du VIIe arrondissement de Paris a relevé que “quand vous êtes ministre, les affaires sensibles remontent”.

Cela viendrait donc du ministère de l’Intérieur? “Peut-être”. “Normalement – je suis convaincue qu’il le fera – le procureur doit ouvrir une enquête sur cet article. Ils l’ont fait pour d’autres, je vais voir s’ils vont le faire pour moi”, a-t-elle poursuivi. Mais “je dis bien à ceux qui ont donné l’information: vous n’allez pas entraver ni mes ambitions, ni mes déclarations, ni le fait de dire des vérités”.


Première apparition