lundi , 25 mai 2020
Accueil » Actualité » Second tour des municipales: le plan B du gouvernement si on ne peut pas voter le 28 juin

Second tour des municipales: le plan B du gouvernement si on ne peut pas voter le 28 juin

AFP

Le plan B du gouvernement si on ne peut pas voter le 28 juin

POLITIQUE – Au tout début de l’été, a priori. Édouard Philippe a annoncé, ce vendredi 22 mai, que le second tour des élections municipales aura lieu le 28 juin prochain. Et ce, sauf contre-indication du Conseil scientifique en cas de recrudescence de l’épidémie de coronavirus sur le territoire. 

C’est avec cette épée de Damoclès en tête, que le Premier ministre a également profilé un plan B. Celui-ci, permettrait au gouvernement de repousser à nouveau la tenue de ce scrutin de plusieurs mois.

Janvier 2021?

“Après avoir pesé le pour et le contre, nous pensons que la vie démocratique doit reprendre ses droits”, a ainsi expliqué le chef du gouvernement lors d’une conférence de presse à Matignon, en soulignant qu’une “clause de revoyure” avec les scientifiques interviendra d’ici deux semaines.

Si jamais la situation épidémique s’aggrave, l’exécutif n’hésitera donc pas à repousser ce nouveau scrutin. C’est pourquoi, Édouard Philippe va prochainement présenter deux textes différents sur ces élections. L’un fixera le second tour au 28 juin, l’autre permettra un nouveau report jusqu’en janvier 2021; il faudra alors dans ce cas, refaire les deux tours. L’hypothèse de coupler le scrutin avec les départementales du printemps 2021 est en revanche écartée.

“Sera également présenté, en quelque sorte à titre conservatoire, le 27 mai prochain au conseil des ministres, un projet de loi qui permettrait le report des municipales au plus tard jusqu’en janvier 2021 dans l’hypothèse où le conseil scientifique nous dirait dans deux semaines que les conditions sanitaires ne seraient plus réunies pour le 28 juin”, a détaillé le Premier ministre, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

 

En attendant l’avis définitif des experts, Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, présent aux côtés d’Édouard Philippe a pour sa part indiqué que les électeurs devraient porter un masque dans les bureaux de vote, en faisant valoir que ce second tour ne devait pas “devenir un facteur de circulation du virus”.

“Il conviendra donc de faire campagne différement”, a-t-il encore expliqué, en évoquant “le respect systématique des gestes barrière” et la nécessité de “privilégier les campagnes numériques”. 

À voir également sur Le HuffPost: Gérard Collomb insulte Myriam Picot lors d’une visioconférence 




Première apparition