lundi , 16 novembre 2020
Accueil » Actualité » Théo Curin renonce aux Jeux paralympiques pour se lancer un défi fou

Théo Curin renonce aux Jeux paralympiques pour se lancer un défi fou

SPORT – Un nouveau challenge. A tout juste 20 ans, le nageur Théo Curin a tiré un trait sur les Jeux paralympiques de Tokyo, démotivé par le report et les classifications handisport, pour se lancer dans un défi inédit et ardu: traverser à la nage les 122 km du lac Titicaca.

“J’ai envie de kiffer. Ca fait sept ans que je m’entraîne tous les jours, deux fois par jour. Je n’ai jamais gagné, je n’ai pas le sentiment d’avoir accompli quelque chose. Je ne pourrais pas faire de médaille aux Jeux à cause des inégalités au sein de ma classification”, explique à l’AFP Théo Curin, amputé des quatre membres quand il avait 6 ans à la suite d’une méningite foudroyante.

Il a décidé de zapper le rendez-vous de Tokyo – mais pas celui de Paris en 2024 – il y a quelques mois. Théo Curin espérait des changements dans le système de classification qui définit les catégories dans lesquelles les athlètes handisport évoluent. “Ils (le comité paralympique, NDLR) ont annoncé qu’ils changeraient peut-être les classifications mais après les Jeux de Tokyo”, avance-t-il.

Le nageur de Lunéville, installé à Paris depuis septembre, estime qu’il n’a aucune chance de faire un podium aux Jeux paralympiques face à des athlètes ayant un handicap moindre. A Rio en 2016, il avait terminé quatrième du 200 m nage libre, remporté par la star brésilienne Daniel Dias, né sans mains ni pieds.

“Juste une pause paralympique”

Le nageur a annoncé sa décision dans une interview accordée à Franceinfo, ce mercredi 8 octobre. “Je n’arrête pas la natation, bien au contraire, mais je fais juste une pause paralympique pendant un an et j’espère que, pendant cette année-là, ils vont essayer de réégaliser ces problèmes de classification pour pouvoir faire les Jeux paralympiques en 2024”, a déclaré le jeune homme.

Thoé Curin veut accomplir son exploit en novembre 2021, avec l’ancienne nageuse Malia Metella, retirée des bassins depuis 11 ans, et l’aventurier Matthieu Witvoet.

L’objectif: traverser à la nage en totale autonomie le lac le plus haut du monde, le lac Titicaca situé à 3812 m d’altitude et traversé par la frontière entre le Pérou et la Bolivie. Ils auront à tracter leur radeau de survie durant un périple de 8 à 10 jours, pour lequel ils sont entraînés par Stéphane Lecat, entraîneur de l’équipe de France d’eau libre.

 

“On a des stages en altitude à faire, on a même un stage où on va s’entraîner dans l’eau glacée, et tout cela on va le faire suivre à la fois le compte Instagram du défi et le site Internet”, a expliqué Théo Curin, qui cherche des partenaires pour financer son projet. 

“J’ai la patate et le sourire, je veux aller au bout de ce putain de lac!”, se réjouit auprès de l’AFP le nageur, inspiré depuis ses jeunes années par Philippe Croizon, quadri-amputé auteur d’une traversée historique de la Manche à la nage en 2010.


Première apparition