lundi , 21 septembre 2020
Accueil » Actualité » Trump promettait une convention républicaine « optimiste », ça n’a pas duré longtemps

Trump promettait une convention républicaine « optimiste », ça n’a pas duré longtemps

MAXIME BOURDEAU/LE HUFFPOST avec AFP

Trump promettait une convention républicaine « optimiste », ça n’a pas duré longtemps

PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE – Officiellement investi par son parti lors de la convention républicaine qui s’ouvrait ce lundi 24 août, Donald Trump n’a pas perdu de temps pour accuser les démocrates de vouloir “voler” l’élection du 3 novembre 2020.

Alors que le président promettait, à en croire son équipe de campagne, une convention “très optimiste et joyeuse”, le ton a pris un tournant plutôt sombre dès que ce dernier est monté sur scène. 

“La seule façon dont ils peuvent nous faire perdre est si l’élection est truquée. Ils utilisent le Covid pour voler l’élection”, a lancé celui qui agite depuis des mois -sans aucune preuve et malgré les études qui le contredisent-  le spectre de fraudes liées au vote par correspondance.

 

Voter par courrier au lieu de se déplacer, une méthode déjà utilisée aux États-Unis de façon très différente en fonction des États, occupe désormais une place majeure dans l’élection, beaucoup, démocrates en tête, réclamant sa généralisation sur tout le territoire à cause du coronavirus.

Une option à laquelle Trump s’oppose de toutes ses forces, bien que lui-même ait voté par correspondance aux dernières élections, de peur que cela nuise aux républicains.

“Mort du rêve américain”

Pour se différencier de Joe Biden, Trump a fait le déplacement à Charlotte au premier jour de la convention où sont intervenus les quelque 300 délégués du “Grand Old Party” représentant les 50 États américains. Au lieu de favoriser un événement 100% virtuel comme l’ont fait les démocrates la semaine précédente. 

“Je me suis senti obligé de venir en Caroline du Nord”, a-t-il assuré. “Nous avons fait cela par respect (…) et je pense que vous vous en souviendrez le 3 novembre”, a-t-il ajouté dans cet État dont il aurait réellement besoin pour l’emporter en novembre. Les trois prochains jours de cette grand-messe du parti républicain seront eux majoritairement virtuels.

Dès le début de son allocution, qui a duré près d’une heure, le président américain a aussi estimé que la “mort du rêve américain” était à portée de mains si jamais Joe Biden et Kamala Harris l’emportaient en novembre. 

 “J’ai entendu la semaine dernière que la démocratie était en jeu”, a-t-il lancé, en référence à une expression plusieurs fois utilisée par les démocrates lors de leur convention.

“Mais nous savons tous que l’économie est en jeu, la loi et l’ordre sont en jeu”. Alors que la foule scandait “quatre ans de plus”, Donald Trump a invité ses fans à crier qu’ils voulaient le voir à la Maison Blanche encore ‘douze ans de plus’″. ”Ça, ça les rend fous”, s’est-il amusé. 

Cette intervention “surprise”, elle n’était pas annoncée mais fortement attendue, ne sera pas la seule de Donald Trump durant la convention républicaine. Jeudi, lors d’un discours qui doit se faire dans les jardins de la Maison Blanche, le républicain acceptera officiellement, et pour la deuxième fois, la nomination de son parti.

D’ici là, d’autres orateurs sont particulièrement attendus, dont plusieurs membres de sa famille. En plus de son épouse Melania, ses quatre enfants adultes, Donald Jr, Eric, Tiffany, Ivanka, feront partie des intervenants qui s’exprimeront pour le soutenir une fois de plus.

 

Trump promettait une convention républicaine "optimiste", ça n'a pas duré

 




Première apparition