samedi , 26 septembre 2020
Accueil » Actualité » Trump rappelle à Obama que si il est là c’est grâce à son « mauvais travail »

Trump rappelle à Obama que si il est là c’est grâce à son « mauvais travail »

ÉTATS-UNIS – Donald Trump a vivement répliqué ce mercredi 19 août aux critiques de son prédécesseur Barack Obama, jugeant qu’il avait été “inefficace” et qu’il s’était fait prendre à espionner sa campagne. Dans le discours qu’il a prononcé lors de la convention démocrate, l’ancien président a dénoncé l’incapacité à diriger de Donald Trump qui n’a, selon lui, “jamais” pris la mesure de son poste.

Le principal intéressé n’a pas tardé à répondre: “Quand j’entends cela et que je vois l’horreur qu’il nous a laissé, la stupidité des accords qu’il a conclus…”, a réagi l’actuel locataire de la Maison Blanche. “Regardez comme il était mauvais, à quel point il fut un président inefficace”, a-t-il encore ajouté, assurant: “Si je suis là, c’est parce que Barack Obama et Joe Biden ont fait du mauvais travail”.

Pendant le discours de Barack Obama, Donald Trump a également multiplié les tweets colériques, en lettres capitales et points d’exclamation, accusant en particulier son prédécesseur de l’avoir espionné pendant sa campagne.

Pour prouver ses accusations, Donald Trump a publié une vidéo sensée prouver, sur fond de musique épique, que l’ancien président et Joe Biden ont bel et bien espionné sa campagne.

 

Déjà mardi 18 août, alors qu’il venait d’être critiqué par Michelle Obama, Donald Trump a réagi avec colère en qualifiant de “corrompu” le gouvernement de Barack Obama.

“Le gouvernement d’Obama et Biden était le plus corrompu de l’histoire, le fait est qu’on a découvert qu’ils avaient ESPIONNÉ MON ÉQUIPE DE CAMPAGNE, c’est le plus gros scandale politique de l’histoire de notre pays. Merci pour vos gentils mots Michelle!”, a raillé le président républicain dans une rafale de tweets matinaux. 

Le ministère américain de la Justice et le FBI ont pourtant expliqué, à plusieurs reprises, qu’il ne disposait d’aucune preuve d’une mise sur écoute de la Trump Tower. L’amiral Mike Rogers, directeur de la NSA, l’agence américaine d’interception des communications, avait également vigoureusement réfuté ces informations lors d’une audition au Congrès.

En revanche, l’actuel président a fait l’objet de plusieurs enquêtes dans divers dossiers de collusion et d’espionnage, notamment en lien avec la Russie pendant la campagne de 2016.

 




Première apparition