dimanche , 27 septembre 2020
Accueil » Actualité » Un an après Lubrizol, ces riverains racontent leur 26 septembre 2019

Un an après Lubrizol, ces riverains racontent leur 26 septembre 2019

ENVIRONNEMENT – Pour eux, cette journée n’est pas d’abord celle du décès de Jacques Chirac. Samedi 26 septembre, un an jour pour jour après la catastrophe de Lubrizol, des centaines de personnes ont marché à Rouen pour réclamer justice et transparence à l’égard de l’État et des industriels. 

Prenant la parole lors de l’arrêt du cortège, Gérald Le Corre, responsable santé/travail à la CGT, a exprimé la crainte d’“une nouvelle catastrophe” dans le secteur de Rouen, qui compte 13 autres sites Seveso seuil haut. “L’État et les industriels n’ont rien fait depuis un an”, a-t-il ajouté.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, cette journée où un dense nuage de fumée noire a recouvert la ville normande a marqué à jamais toute une population. Au micro du HuffPost, des riverains du site et habitants de la région rouennaise venus manifester devant l’usine ont partagé leur souvenir de cette date fatidique.

Aujourd’hui l’enquête judiciaire suit toujours son cours. Le 27 février, Lubrizol a été mis en examen pour “déversement de substances nuisibles” et pour des manquements dans l’exploitation de son usine ayant porté une “atteinte grave” à l’environnement. De son côté, la commission d’enquête du Sénat a dénoncé en juin un suivi sanitaire ”à la fois tardif et incomplet” de la part du gouvernement.

Selon les assureurs, l’accident a suscité 2000 déclarations de sinistre: des dommages matériels causés par les fumées et les retombées de suie. En octobre 2019, on dénombrait 545 plaintes déposées contre Lubrizol. 

À voir également sur Le HuffPost : Avant les municipales 2020, on est allés voir les sinistrés de Lubrizol à Rouen


Première apparition