lundi , 21 septembre 2020
Accueil » Actualité » un enfant autiste gravement blessé par des tirs policiers

un enfant autiste gravement blessé par des tirs policiers


Un enfant autiste américain, âgé de 13 ans, a été gravement blessé par des tirs de la police alors qu’il était victime d’une crise de détresse.

Un enfant autiste a été grièvement blessé par un agent de la police de Salt Lake City, après que sa mère eut lancé un appel à l’aide, une affaire alimentant la controverse sur les abus policiers aux Etats-Unis.

Linden Cameron, 13 ans, était en crise de détresse mentale lorsque sa mère, Golda Barton, a appelé le numéro d’urgence américain 911 pour qu’on l’aide à l’hospitaliser.

L’enfant atteint par plusieurs tirs policiers

« Je leur ai dit ‘il n’est pas armé, il s’énerve juste et commence à crier, c’est un enfant, il a besoin d’attention' », a-t-elle raconté à la chaîne locale KUTV.

Lorsque la police de cette ville de l’Utah est arrivée sur place, l’adolescent est parti en courant. Un policier lui a alors tiré dessus à plusieurs reprises.

« Au cours d’une courte poursuite à pied, un officier a fait feu avec son arme et a atteint cette personne », a relaté l’officier de police Keith Horrocks lors d’une conférence de presse. Le jeune souffre de blessures à l’épaule, aux intestins, à la vessie et aux chevilles.

« C’est un petit enfant, pourquoi ne l’avez-vous pas juste plaqué au sol? », a imploré sa mère, en larmes.

L’enfant suspecté de menaces « avec une arme »

Selon la version policière, Linden Cameron était suspecté d’avoir « menacé des personnes avec une arme ». Mais, selon l’officier Horrocks, aucune trace d’une arme n’a été relevée « à ce stade » sur le lieu des faits.

Dans un pays plongé dans un mouvement historique contre les violences policières, le sort de Linden Cameron a suscité l’émoi d’organisations locales de défense des personnes handicapées.

« La police a été appelée à l’aide, mais à la place, davantage de mal a été fait », a dénoncé l’association Neurodiverse Utah.

Le cas de Linden Cameron rappelle celui de Daniel Prude, un Afro-Américain de 41 ans souffrant de troubles psychiques, mort asphyxié par des policiers après son interpellation le 23 mars à Rochester dans l’Etat de New York. Ils étaient là aussi intervenus après un appel d’urgence du frère de Daniel Prude, pris d’une crise causée par des troubles psychologiques.

Jeanne Bulant avec AFP Journaliste BFMTV


Retrouvez cet article sur : BFM-TV