dimanche , 13 décembre 2020
Accueil » Actualité » Votations du 29 novembre: Comment les Suisses de l’étranger ont voté

Votations du 29 novembre: Comment les Suisses de l’étranger ont voté


Le matériel de vote pour la votation du 29 novembre 2020. © Keystone / Christian Beutler

La diaspora helvétique s’est montrée plus favorable à la responsabilité des multinationales et aux restrictions sur le financement de l’industrie de l’armement que l’ensemble de la Suisse lors de la votation de dimanche. Mais sa participation est restée limitée.

Ce contenu a été publié le 30 novembre 2020 – 14:28

L’initiative «Entreprises responsables» a fait les frais dimanche de la règle de la double majorité (peuple et cantons) nécessaire pour l’emporter: malgré 50,7% de votes favorables le texte, qui voulait rendre les multinationales suisses responsables en cas de violations des droits humains et de l’environnement à l’étranger, a été rejeté dans une majorité de cantons.

Comme souvent, le comportement de vote des expatriés s’est distingué de celui du reste des citoyens suisses sur cet objet. Dans les districts des Suisses de l’étranger (l’OFS dispose de statistiques distinctes pour seulement 12 d’entre eux), le «oui» a été majoritaire à près de 59%.

Au final, seuls les cantons de Berne, Zurich, Bâle-Ville, Vaud, Fribourg, Genève, Neuchâtel, du Tessin et du Jura ont approuvé le texte, alors que 14,5 cantons s’y sont opposés (il existe en Suisse six demi-cantons). Mais le décalage entre le vote des Suisses de l’étranger et le résultat général est prononcé dans plusieurs cantons.

En Appenzell Rhodes-Intérieures, par exemple, 65% des votants ont rejeté l’initiative mais les expatriés, eux, l’ont soutenue à plus de 60%. Autre exemple en Valais, où l’ensemble des électeurs ont dit «non» à plus de 55%, tandis que les Valaisans domiciliés à l’étranger, eux, ont voté «oui» à près de 59%.

Une majorité d’expatriés pour l’initiative sur le commerce de guerre

L’initiative «Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre» n’a pas non plus passé la rampe dimanche, refusée par 57,4% des votants et la majorité des cantons. Seuls Genève, Neuchâtel, le Jura et Bâle-Ville ont soutenu le texte.

Dans les districts des Suisses de l’étranger, le «oui» a en revanche été majoritaire, à 51,1%. Contrairement à leur canton qui a refusé le texte à 54,3%, les Zurichois de l’étranger ont soutenu le texte à 51,2%.

Même s’il existe des exceptions, la diaspora helvétique tend à voter plus à gauche, de manière plus écologique et aussi plus progressiste sur les sujets de société que le reste de la Suisse, ce qui pourrait contribuer à expliquer le soutien plus fort aux deux objets.

Mais d’autres tendances sont aussi à l’œuvre dans le comportement de vote des Suisses de l’étranger. Une grande partie des expatriés vivent à l’étranger pour des raisons économiques et sont aussi en général favorables à un système économique libéral. Par ailleurs, beaucoup de Suisses de l’étranger, peu concernés par les campagnes qui se jouent dans le pays, s’en remettent davantage aux recommandations de vote du Conseil fédéral. En l’occurrence, le gouvernement recommandait le «non» aux deux objets.

Participation modeste

Dans ces 12 districts de Suisses de l’étranger, un peu plus de 32’900 bulletins ont été rentrés sur 134’448 inscrits, ce qui correspond à une participation de 24,5%. C’est l’un des taux de participation les plus faibles enregistrés pour les Suisses de l’étranger sur les quatre dernières années. Au niveau national, la participation s’est élevée à 47%.


Retrouvez cet article sur : SwissInfo