vendredi , 23 août 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Après une crise cardiaque, surveillez vos habitudes alimentaires

Après une crise cardiaque, surveillez vos habitudes alimentaires


Chaque année, on compte environ 120 000 crises cardiaques en France : l’infarctus du myocarde (c’est son nom scientifique) est responsable d’environ 18 000 décès par an. Provoqué par l’obstruction de l’artère coronaire (qui alimente le cœur en oxygène), la crise cardiaque est favorisée par différents facteurs : le tabagisme, l’hypercholestérolémie, l’hypertension, l’obésité, le stress, la sédentarité…

Bonne nouvelle : entre 1995 et 2010, le taux de mortalité 30 jours après la sortie de l’hôpital a baissé de 13,7 % à 4 %. Et, selon une nouvelle étude conduite par des chercheurs de la European Society of Cardiology, certaines « mauvaises habitudes » alimentaires seraient à abandonner après une crise cardiaque pour augmenter encore ses chances de survie.

Les chercheurs ont travaillé avec un groupe de 113 volontaires (73 % d’hommes) âgés de 60 ans en moyenne : tous avaient subi un infarctus du myocarde aigu. « Un patient sur 10 ayant survécu à un syndrome coronarien aigu avec sus-décalage du segment ST [infarctus aigu] décède dans l’année » précisent les chercheurs.

Bien petit-déjeuner et dîner tôt

Il est toutefois possible d’améliorer ses chances de survie en modifiant certaines de ses habitudes alimentaires, expliquent-ils : ainsi, il est nécessaire de prendre chaque jour un solide petit-déjeuner (composé d’un laitage, d’une source de glucides et de fruits frais) et de ne pas dîner trop tard (au moins deux heures entre la fin du dîner et le coucher).

Zapper le petit-déjeuner et dîner trop tard trop souvent dans la semaine sont, selon les chercheurs, deux « mauvais » comportements associés à une hausse du risque de récidive : ils augmenteraient celui-ci de 4 à 5 fois.

« Nous pensons qu’il existe un lien entre ces mauvaises habitudes alimentaires, le stress oxydatif et la réponse inflammatoire de l’organisme » précisent les chercheurs, qui ont publié leurs travaux dans la revue spécialisée European Journal of Preventive Cardiology. Bon à savoir !

À lire aussi :

Infarctus : une femme survit mieux quand elle est soignée par un médecin femme

Le chagrin, responsable d’inflammations mortelles ?

Il y a plus de risque d’infarctus quand il fait froid



Première apparition

A lire aussi: