mardi , 23 juillet 2019
Accueil » Actualité » Avec la canicule et pour l’écologie, François de Rugy ôte sa cravate

Avec la canicule et pour l’écologie, François de Rugy ôte sa cravate

POLITIQUE – Cela peut faire sourire quand on se rappelle son combat pour que les Insoumis portent le traditionnel costume-cravate à l’été 2017. Alors président de l’Assemblée nationale, François de Rugy ne voulait pas lésiner avec le règlement. 

Deux ans plus tard, le ministre de la Transition écologique et solidaire mène un combat pour que la cravate disparaisse en cas de canicule comme cette semaine. Ainsi c’est le col de chemise dénoué qu’il s’est présenté ce lundi 24 juin pour une interview sur RMC et BFMTV. L’ancien député de Loire-Atlantique veut “montrer l’exemple”. Dans la vidéo visible en tête d’article, il explique son geste par sa dimension écologiste. 

“L’effet pervers qui est compréhensible c’est de pousser les climatisations. Mais si on les pousse, on consomme encore plus d’énergie et en quelque sorte on aggrave le phénomène du réchauffement climatique”, justifie François de Rugy.

Un combat commencé à l’Assemblée en 2008

Mais ne voyez pas dans cette déclaration ministérielle un retournement de circonstance. Cela fait plus d’une décennie que le ministre mène ce combat pour alléger les obligations vestimentaires en cas de canicule.

En 2008, alors qu’il débutait son mandat de député -il était membre d’EELV- il avait écrit une lettre ouverte au président de l’Assemblée Jean-Louis Debré pour lui demander une modification du règlement du Palais Bourbon.

“Notre Assemblée étant sans doute amenée à siéger pendant tout le mois de juillet, il me paraîtrait symboliquement intéressant que les dispositions de notre règlement qui imposent à tous les députés hommes de porter un costume et une cravate pour participer aux séances dans l’hémicycle soient modifiées ou au moins suspendues pendant la période estivale. Cette mesure simple permettrait sans doute de réduire la facture de climatisation de l’Assemblée nationale et de montrer ainsi l’exemple par rapport à d’autres entreprises ou administrations”, écrivait-il à l’époque.

Depuis, ces obligations ont été modifiées… pour toute l’année.


Première apparition

A lire aussi: