mardi , 21 mai 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Ballonnements: ce que vous n’osez pas demander

Ballonnements: ce que vous n’osez pas demander

Avoir de l’air dans le ventre est un phénomène fréquent.

VRAI. Nous évacuons tous du gaz entre dix et vingt fois par jour, c’est physiologique. Il existe deux causes de ballonnements très fréquentes. Premièrement, nous avalons parfois de l’air sans nous en rendre compte (par exemple en mâchant un chewing-gum ou en mangeant trop vite). La deuxième cause est liée aux bactéries présentes dans notre intestin: les aliments non-assimilés sont utilisés par ces organismes pour se nourrir et leur dégradation provoque des gaz.

Des ballonnements à répétition doivent inquiéter.

VRAI et FAUX. Une personne produit en moyenne entre 0,2 et 2 litres de gaz par jour, ce qui est tout à fait normal. Au-delà, c’est parfois le symptôme d’une maladie sous-jacente. L’important, c’est surtout d’être attentif à votre transit. Si vous constatez un changement soudain et récent, du sang dans les selles et/ou une perte de poids, il faut consulter.

Certains aliments favorisent les gaz.

VRAI. Dans certains fruits et légumes, on trouve des sucres dits «non-absorbables». Comme ils ne sont pas assimilés par l’intestin, les bactéries les utilisent comme carburant, ce qui provoque des gaz. En cas de gênes, il vaut donc mieux éviter principalement les pruneaux, les lentilles et toute la famille des choux. Si le problème est récurrent, il est parfois bénéfique de faire une consultation diététique, afin d’adapter son alimentation en suivant un régime plus spécifique.

On a plus tendance à être ballonné le soir.

FAUX. C’est une idée reçue! Les ballonnements peuvent être présents à tout moment. Mais en journée, on est accaparé par les tâches du quotidien. Le soir venu, on est plus disponible pour écouter son corps et on prête donc plus attention aux ballonnements. Un cardiologue vous dirait la même chose au sujet des palpitations cardiaques: certaines personnes ont probablement des arythmies durant la journée sans expérimenter des palpitations. Elles ne les remarquent que lorsqu’elles sont tranquilles chez elles.

Les ballonnements sont parfois provoqués par l’anxiété et le stress.

VRAI. C’est aujourd’hui scientifiquement prouvé, notre cerveau «parle» à l’intestin. Le système nerveux autonome régule des fonctions automatiques de l’organisme, comme la digestion. Des facteurs externes tels que le stress peuvent donc faire accélérer le transit.

Les femmes sont plus concernées.

VRAI. De manière générale, les femmes sont plus sujettes que les hommes aux troubles digestifs. Si on ne sait pas très bien pour quelles raisons, on suspecte tout de même que les hormones jouent un rôle. Pendant la grossesse, les ballonnements sont souvent plus fréquents pour une raison physiologique : le bébé exerce une pression sur le système digestif. Cela induit plus de constipation, car les intestins ont tendance à être comprimés.

L’âge ne fait aucune différence.

FAUX. Les ballonnements augmentent souvent avec le vieillissement. Plusieurs facteurs sont susceptibles de ralentir le transit. D’une part, le tube digestif vieillit et devient un peu moins efficace. D’autre part, les personnes âgées boivent moins, ce qui favorise la constipation. De plus, certains médicaments prescrits à un âge avancé peuvent avoir une incidence sur le transit.

Les traitements médicamenteux sont relativement inefficaces.

VRAI. Pour traiter les ballonnements, les médicaments actuels ne sont pas la panacée. Il en existe qui sont destinés à améliorer le transit ou absorber les gaz, mais leur efficacité est relative. L’huile de menthe est connue pour apaiser l’intestin, mais il y a peu de littérature scientifique à ce sujet. L’arrivée d’un nouveau médicament cristallise cependant certains espoirs. Son mode d’action est différent : il s’agit de cibler une bactérie précise manquante dans le système digestif et de la transplanter. Cela pourrait être utile lorsque la qualité du microbiote est altérée.

_______

Paru dans Planète Santé magazine N° 33 – Mars 2019


Première apparition

A lire aussi: