lundi , 22 avril 2019
Accueil » Actualité » Bébés sans bras: trois cas dans les Bouches-du-Rhône

Bébés sans bras: trois cas dans les Bouches-du-Rhône


SANTÉ – Une nouvelle affaire portant sur des naissances de bébés sans bras est-elle en train d’éclater? C’est en tout cas ce que rapporte Le Parisien, dans son édition du lundi 21 janvier. Le quotidien rapporte en effet que trois cas de malformation appelée « agénésie transverse des membres supérieurs » ont été recensés dans un rayon de trente kilomètres dans les Bouches-du-Rhône.

Plus précisément, entre les communes de Vitrolles, Salon de Provence, Septèmes-les-Vallons et Gignac-la-Nerthe. Toujours selon Le Parisien, il s’agit bien d’un « cas groupé », dans la mesure où cette constatation est « supérieure statistiquement à ce qui devrait survenir ».

C’est également l’avis d’Emmanuelle Amar, scientifique du Registre des Malformations en Rhône-Alpes, qui a rendu publics les cas précédents. « La science estime qu’une ATMS se produit lors d’une naissance sur 10 000. Il y a 27 000 naissances par an dans les Bouches-du-Rhône, donc avec trois agénésies par an, on est déjà au-dessus du nombre total attendu. Mais, en plus, là elles se produisent dans un rayon de 30 km. C’est une affaire très sérieuse », estime la laceuse d’alerte, citée par le quotidien.

Le journal a également sollicité le ministère de la Santé sur ce cas précis. L’entourage d’Agnès Buzyn a ainsi fait savoir que la ministre suivait « de près le dossier » et qu’un enquête devrait logiquement être lancée. « De la même manière que des enquêtes ont été diligentées dans l’Ain, le Morbihan et en Loire-Atlantique, tous les nouveaux clusters (cas groupés, ndlr) doivent être investigués sur la base d’informations concordantes, suivant une méthodologie précise, et permettant d’en tirer des conclusions scientifiques », a indiqué le ministère.

Quelle est la cause de ces malformations? Alors que cette zone géographique est connue pour son activité pétrochimique, la généticienne Annie Lévy-Mozziconacci évoque l’hypothèse de l’environnement. « J’ai regardé les dossiers. Effectivement, les cas apparaissent autour de l’Etang de Berre, dans une zone qui est connue pour être très polluée, avec des risques pour la santé. Cela mérite une enquête plus approfondie pour comprendre ce qui s’est passé », a-t-elle indiqué au Parisien.

À voir également sur Le 4Suisse:


Première apparition

A lire aussi: